Voyager sans barrières, en ligne et hors ligne

Pour beaucoup, se rendre d’un endroit à l’autre en train va de soi et ne pose aucun problème. Or, pour les personnes atteintes d’un handicap, chaque voyage est jalonné d’obstacles, souvent invisibles et plus difficiles à surmonter que l’on ne pourrait le croire.

Début d’une galerie photos

Note sur les photos : ces photos ont été prises avant l'obligation de porter un masque dans les gares.

En gare, dans le train, mais aussi en ligne, les CFF s’engagent à supprimer les obstacles que peuvent rencontrer les personnes en situation de handicap. Ces voyageurs doivent pouvoir accéder librement à la totalité de l’offre des CFF, en ligne comme hors ligne. Les jalons sont posés, mais l’objectif n’est pas encore atteint.  

Du nouveau matériel roulant pour supprimer les obstacles physiques  

Si la quasi-totalité des trains du trafic régional permettent désormais un accès de plain-pied grâce à des planchers surbaissés, de nombreux véhicules du trafic grandes lignes ont encore des planchers surélevés. Pour que les voyageurs à mobilité réduite puissent eux aussi emprunter les trains des CFF en toute autonomie, l’entreprise retire progressivement de la circulation les anciens trains à planchers surélevés. En outre, l’accès à niveau est obligatoire pour toute nouvelle acquisition. 

Certains véhicules dépourvus d’accès à niveau resteront en service en trafic national, même après 2023. Les CFF veillent à ce que ces véhicules soient intégrés à d’autres, déjà équipés d’accès de plain-pied, au sein d’un même train. Le matériel roulant international compte encore davantage de trains à planchers surélevés. C’est pourquoi les CFF veillent à alterner ces trains avec d’autres modèles équipés de planchers surbaissés sur les lignes correspondantes. 

Début d’une galerie photos

Gares sans marches: une exigence clé 

Les CFF transforment sans cesse leurs gares pour que les personnes à mobilité réduite puissent y circuler en toute autonomie. La loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand) exige que d’ici à la fin 2023, l’accès aux quais et aux trains soit exempt d’obstacles.  

À l’heure actuelle, 68% des voyageurs peuvent accéder librement aux trains dans les gares des CFF grâce à des quais surélevés, des rampes et des ascenseurs. D’après les prévisions en cours, ce pourcentage devrait atteindre 86% d’ici fin 2023 (voir encadré pour en savoir plus sur l’état actuel du projet). 

Début d’une galerie photos

Or, de nombreuses difficultés ne se devinent pas au premier coup d’œil et vont bien au-delà des obstacles visibles, tels que les escaliers menant aux quais ou encore les planchers surélevés des trains. Dans l’univers numérique, les barrières sont souvent plus complexes qu’il n’y paraît. Elles représentent pourtant un véritable défi pour les personnes malvoyantes. Les CFF prennent cet enjeu très au sérieux et accomplissent d’importants efforts pour que leurs prestations et leurs offres soient également accessibles à tous en ligne.  

Accessibilité numérique: cas concret 

Prenons l’exemple d’une personne malvoyante souhaitant voyager de Berne à Lausanne. Le premier obstacle survient dès l’arrivée en gare de Berne. L’IC1 à destination de Genève-Aéroport, qui devait partir de la voie 5, est annulé. La liaison alternative part de la voie 6. Mais comment notre voyageur peut-il obtenir ces informations s’il ne peut voir les tableaux d’affichage et s’il a manqué l’annonce? 

Début d’une galerie photos

Pour aider notre voyageur à trouver les informations dont il a besoin, l’horaire en ligne CFF.ch ainsi que les applis Mobile CFF ou «Inclusive CFF» remplissent les normes d’accessibilité en vigueur: tout ce que l’on voit sur l’écran peut être consulté au format audio. Pour cela, il ne suffit pas de donner accès aux informations souhaitées. Le voyageur doit pouvoir repérer acoustiquement, au moyen d’un texte audio alternatif, tous les composants visibles, des logos aux textes d’information, en passant par les visuels, les symboles et les couleurs. Si le texte audio est erroné, voire manquant, l’utilisatrice ou l’utilisateur ne peut plus s’orienter. Le site Internet ou l’application devient alors entièrement inutilisable. Les applications des CFF doivent donc fournir des informations parfaitement exactes et en temps réel.  

Il en va de même pour les écrans interactifs en gare, très utiles pour les personnes malvoyantes. Ces écrans sont également précieux pour les personnes malentendantes. Pour en savoir plus sur ces écrans interactifs, lire cet article.  

Début d’une galerie photos

Une fois dans le train, l’objectif est encore loin d’être atteint. Une partie des affichages à bord sont inutilisables par les personnes malvoyantes. D’où l’importance des annonces sonores, qui indiquent le prochain arrêt. En outre, le trafic grandes lignes des CFF est équipé de «beacons». Ces petits émetteurs, associés à l’appli «Inclusive CFF», fournissent des informations supplémentaires sur l’identité du train et sur le tronçon. 

Début d’une galerie photos

Le personnel d’assistance reste incontournable, même à l’avenir 

L’accessibilité totale exige des technologies avancées. Mais aujourd’hui, certains obstacles restent difficiles à surmonter d’un point de vue technique. Ainsi, le traitement acoustique des plans de situation en gare est un vrai casse-tête. Ces plans sont si complexes qu’il est difficile de les décrire par un texte alternatif, et donc de les rendre accessibles. C’est là qu’entre en jeu le personnel sur place, ou celui du Call Center Handicap CFF.  

Une chose est claire: les personnes en situation de handicap doivent pouvoir accéder à toute l’offre des CFF, en ligne comme hors ligne. Les développements sont en cours, mais l’objectif n’est pas encore atteint. 

État actuel de la mise en œuvre de la loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand)

  • La loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand) exige que d’ici à la fin 2023, l’accès aux quais et aux trains soit exempt d’obstacles.  

  • À l’heure actuelle, 68% des voyageurs peuvent accéder librement aux trains dans les gares des CFF, grâce à des quais surélevés, des rampes et des ascenseurs. 

  • En raison de changements de projets, de dépendance à d’autres chantiers ou par manque de ressources, il n’est jamais exclu que les travaux planifiés soient modifiés. Ainsi, l’an dernier, certains chantiers ont subi des retards par rapport aux prévisions de l’année précédente. Dans ce cas, les CFF informent activement les communes concernées et conviennent de la suite des opérations, en lien étroit avec l’Office fédéral des transports (OFT) et les communes. 

  • D’ici fin 2023, les CFF transformeront 135 gares supplémentaires pour les rendre accessibles à 86% des voyageurs.  

  • Dans les cas où la gare ne sera réaménagée qu’après cette date, les CFF proposeront des mesures de remplacement, par exemple en mettant du personnel d’assistance à disposition. 

  • L’état actuel de la planification, gare par gare, peut être consulté sur cette carte.