Boucler les valises

Actuellement, la star des campagnes publicitaires des CFF est une grand-mère qui vante les mérites de l’appli CFF. Il y a 25 ans, l’image des CFF s’incarnait dans de superbes mannequins et d’imposants ordinateurs.

Début d’une galerie photos

La plus longue campagne publicitaire de l’histoire des CFF, de 1991 à 1996, faisait appel à des top modèles qui couvraient les pages des journaux et les murs d’affichage. «Parking? Je n’en ai pas besoin.», répondait une jeune femme. Une autre s’exclamait en riant: «Und dann wollte er mir mit seinem Führerschein imponieren.» (Quand je pense qu’’il voulait m’impressionner avec son permis de conduire...). Fait rarissime, un homme était mis en scène, maugréant: «Quel temps de chien! Pourvu qu’elle ait pris le train.» L’affiche la plus célèbre représentait cette jeune femme songeuse, au regard lointain, accompagnée de la légende suivante: «Boucler les valises. Sauter dans le train... et loin.». Bon.

Début d’une galerie photos

Nous devons ces photos monochromes dans les tons sépia à la fois aux mannequins qui ont pris la pause et aux deux talentueux photographes que sont Elfie Semotan et Ellen von Unwerth. «Ce qui semble à première vue naturel et spontané est en réalité mis en scène jusque dans les moindres détails et conforme en tous points au style des magazines de mode de l’époque sur papier glacé», se souvient Markus Seger, responsable de la publicité CFF d’alors.

Mais, parallèlement à cette campagne très glamour, les publicitaires des CFF étaient tenus à des résultats commerciaux. C’est donc sur les abonnements demi-tarif qu’ils ont exercé leurs talents. Afin de susciter l’engouement pour le demi-tarif, les communicants allemands de l’agence GGK ont eu recours à des slogans amusants tels que «Ich denke, also halbtaxle ich» (Je pense donc je m’abonne au demi-tarif) ou encore «Frisch gewagt ist halb getaxelt» (À malin, malin et demi et demi-tarif). Malheureusement en français et en italien, ces jeux de mots tombent à plat. Une idée particulièrement amusante avait été de mettre dans la bouche d’un petit extraterrestre vert le slogan suivant: «1992 hat 13 Monate. Utopisch?» (L’année 1992 a 13 mois. Vous y croyez?). Mais il y avait une chose que le responsable de la publicité Markus Seger ne pouvait pas prévoir à ce moment-là: «Durant cette campagne, des âmes pieuses ont cru voir en ce pauvre martien l’incarnation du diable.»

Le 8 mars, CFF Historic organise un entretien informel avec le publicitaire Markus Seger. Cette rencontre sera l’occasion de recueillir des anecdotes personnelles et de découvrir des photos et des affiches d’origine retraçant l’histoire publicitaire des CFF. À partir de 18h15, au siège de CFF Historic à Windisch, à proximité de la gare de Brugg. Inscrivez-vous sur www.cffhistoric.ch.

Voyage dans le temps

Dans cette rubrique, nous remontons le temps et nous nous intéressons à des traditions et à la technique ferroviaire d’une autre époque.