Les mythes de Green Class CFF revisités

Green Class CFF regroupe des services de mobilité rail-route dans un seul abonnement. Depuis un an et demi environ, Koni Schmid, pionnier de la mobilité, utilise cette offre pour ses déplacements. Il partage ses expériences et réfute les mythes qui entourent Green Class CFF, faits à l’appui.

Un AG et une voiture électrique avec l’offre combinée Green Class CFF.
Un AG et une voiture électrique avec l’offre combinée Green Class CFF.

Des services de mobilité rail-route réunis dans un abonnement unique: c’est ce que propose Green Class CFF. Avec cette offre, les CFF misent sur des solutions durables et novatrices pour la mobilité de demain. Certes, de nombreux éléments sont encore empreints d’incertitude et il n’est pas rare que des mythes se construisent autour des innovations. Toutefois, ayant déjà testé Green Class CFF, les pionniers de la mobilité sont en mesure de balayer certains préjugés. C’est le cas de Koni Schmid, qui utilise Green Class CFF pour ses déplacements depuis un an et demi environ. Il dissipe ici les préjugés et les fausses idées les plus répandus.

1er mythe: l’abonnement Green Class CFF comprend uniquement un AG et une voiture électrique

Green Class CFF, c’est bien plus que ça. En plus d’un AG 1re ou 2e classe et d’une voiture électrique à usage personnel (dans mon cas une BMW i3), l’abonnement comprend une place de stationnement en gare, le Carsharing, les vélos en libre-service et un crédit pour recharger la voiture pendant les déplacements. Par ailleurs, même si de nombreuses personnes l’ignorent, l’abonnement inclut les impôts sur les véhicules à moteur, les assurances responsabilité civile et casco complète, des pneus de saison avec service de changement, le service pour la voiture ainsi que la vignette autoroutière. L’utilisation de la voiture n’engendre donc aucun coût supplémentaire.

Fonctionnement de Green Class CFF :

2e mythe: Green Class CFF est un abonnement de luxe. Il ne vaut pas la peine d’y souscrire

De nombreux propriétaires de voitures ne sont pas conscients des coûts mensuels totaux engendrés par leurs véhicules. Les Suissesses et les Suisses consacrent près d’un dixième du budget de leur ménage à la mobilité. Les coûts d’une voiture privée s’avèrent particulièrement élevés. L’Office fédéral de la statistique a calculé qu’une voiture coûtait en moyenne 762 francs par mois.
En analysant de manière transparente les coûts de l’abonnement Green Class CFF, on se rend compte que ce forfait de mobilité est très avantageux. La variante «Premium» de l’abonnement, par exemple, coûte 1180 francs par mois. L’AG 1re classe coûte 525 francs par mois. Donc, le reste des prestations incluses le sont pour 655 francs par mois. Ces prestations Green Class CFF comprennent non seulement une voiture électrique, mais aussi les services et assurances qui vont avec. En optant pour Green Class CFF, j’ai considérablement réduit mes dépenses en matière de mobilité.

3e mythe: les autres membres de la famille et les partenaires ne tirent aucun bénéfice de l’abonnement de mobilité

Ma famille profite aussi de Green Class CFF! Pour commencer, tout le monde peut prendre le volant de la voiture électrique. Ensuite, comme j’ai déjà un AG, les autres bénéficient des offres CFF très intéressantes pour les familles. Ma fille de 23 ans et mon fils de 21 ans ne paient que 925 francs pour leur AG de 2e classe au lieu de 3860 francs.

Toute la famille profite de l’abonnement de mobilité.

4e mythe: je dois partager la voiture électrique avec d’autres clients et ne peux effectuer que les trajets aller-retour entre mon domicile et la gare.

Le Carsharing est à la mode, alors peut-être que nous aussi, clients de Green Class CFF, partagerons bientôt nos voitures avec d’autres. Mais actuellement, je dispose de la voiture électrique pour moi seul, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Je choisis moi-même quand et où je vais avec cette voiture. L’offre inclut 15 000 kilomètres par an, ce qui est en règle générale largement suffisant.

5e mythe: l’autonomie des voitures électriques est trop restreinte. Je ne peux aller nulle part et j’ai toujours peur de rester coincé quelque part.

C’est exactement ce que je pensais quand j’ai envoyé ma candidature pour participer à la phase pilote de Green Class CFF il y a un an, mais au bout de deux mois seulement, j’ai pu complètement dépasser ce préjugé concernant l’autonomie. Ma BMW i3 dispose d’une autonomie amplement suffisante pour mes trajets quotidiens. Au cours de la première année, j’ai roulé 15 000 kilomètres sans jamais avoir de problème avec le niveau de charge des batteries. Les batteries se rechargent à domicile et sont donc toujours prêtes le matin pour rouler 200 kilomètres. Selon une analyse de la consommation énergétique suisse en fonction de l’application de l’Office fédéral de l’énergie et de l’Office fédéral de la statistique, chaque véhicule en Suisse parcourt 33,87 kilomètres par jour. Un trajet test, soit un itinéraire de trois jours traversant la Suisse sur 800 kilomètres en passant par des cols alpins, a montré qu’il est possible d’effectuer des trajets longue distance en planifiant les étapes. Et si la recharge nocturne ne suffit vraiment pas, on peut trouver de nombreuses bornes de recharge sur les routes.

6e mythe: il est bien plus agréable de conduire une voiture à essence qu’une voiture électrique.

Après quelques kilomètres seulement au volant de la BMW i3, je me suis rendu compte que je prenais vraiment du plaisir à la conduire! Pendant les premières minutes au volant d’une électrique, l’impression est presque indescriptible: d’abord parce qu’il faut l’enclencher, puis parce qu’il n’y a aucun à-coup. La conduite est donc vraiment confortable. Désormais, même quand j’utilise la meilleure boîte de transmission et le modèle le plus moderne, j’ai l’impression de me retrouver à l’âge de pierre. Après quelques semaines, j’étais donc convaincu: plus jamais je n’envisagerais un véhicule avec une boîte de transmission traditionnelle!

Voilà, la BMW i3 :

7e mythe: la Suisse compte encore trop peu de stations de recharge.

Fin 2017, la Suisse comptait déjà 3460 stations de recharge accessibles au public et de nouvelles stations voient le jour tous les mois. La station de recharge à domicile suffit largement pour un usage quotidien de la voiture électrique. Pour d’autres trajets, de nombreuses stations de recharge sont disponibles sur les aires de repos des autoroutes et à d’autres emplacements. Celles-ci permettent de recharger la batterie à 80% en l’espace de 30 minutes. Le site www.chargemap.com (aussi disponible sous forme d’appli) est un outil fantastique pour trouver des stations de recharge. Il s’agit d’une plate-forme ouverte fonctionnant selon les mêmes principes que Wikipedia: tous les participants peuvent ajouter des informations concernant les stations de recharge. De nombreux commerces de détail et centres commerciaux (Lidl, Migros, Coop, etc.) proposent gratuitement des stations de recharge. On peut ainsi recharger sans frais les batteries de sa voiture électrique tout en faisant ses achats.

8e mythe: recharger une voiture électrique prend beaucoup trop de temps.

Comme tous les autres véhicules, une voiture électrique se déplace uniquement pendant des temps restreints. On peut la recharger pendant les temps d’arrêt sans devoir se soucier de la durée de recharge à la station de recharge à domicile. Le matin, les batteries sont entièrement rechargées, prêtes pour une nouvelle journée. Quand, exceptionnellement, je fais le trajet en BMW i3 depuis mon domicile à Pfyn jusqu’à mon bureau à Saint-Gall, les batteries de la voiture sont pleines quand je sors du travail, car mon employeur met à disposition gratuitement une infrastructure de recharge sur mon lieu de travail. Les bornes de recharge rapides de nouvelle génération sont en mesure de recharger les batteries pour une distance de 100 kilomètres en l’espace de dix minutes.

Les temps d’arrêt de la voiture peuvent être utilisés pour recharger les batteries.

Koni Schmid 

Fraîchement quinquagénaire, Koni Schmid de Pfyn est un pionnier Green Class CFF de la première heure. Marié et père de deux enfants adultes, cet ingénieur passe une grande partie de son temps libre en montagne, comme randonneur, mais aussi comme pilote de parapente.
 

Koni Schmid, pionnier de la mobilité

L’offre Green Class CFF

Green Class CFF est la première offre regroupant plusieurs services et moyens de transport sur rail et sur route en un seul abonnement, qui ouvre de nouvelles possibilités de mobilité de porte à porte tout-en-un. Avec l’abonnement de mobilité, les clientes et clients bénéficient non seulement d’un AG, synonyme de trajets illimités dans toute la Suisse, et d’une voiture électrique à usage exclusif, y compris des assurances et des services y relatifs, mais aussi d’une place de stationnement en gare, du Carsharing, des vélos en libre-service et d’autres prestations de mobilité. Vous trouverez ici davantage d’informations sur cette offre.