Une nouvelle aventure professionnelle à 56 ans et sans plan B

Ruedi Widmer a été agent du mouvement, suppléant chef de gare et collaborateur Intervention. 40 ans se sont écoulés ainsi, jusqu’à ce qu’il entame une formation d’agent commercial des trains, nullement dissuadé par le virage numérique. Il est aujourd’hui pleinement satisfait de son nouveau métier.

Ruedi Widmer signale au mécanicien que tout est en ordre.
Ruedi Widmer signale au mécanicien que tout est en ordre.

À Olten, l’InterRegio 27 à destination de Bâle attend sur la voie 10. Il prendra le départ à 12h12 précises. Le mécanicien a déjà reçu le feu vert de la cheffe de train Christa Studer. Ruedi Widmer lève lui aussi son carton jaune pour indiquer que tout est en ordre à l’arrière du train. À peine le train a-t-il démarré que Ruedi Widmer endosse son rôle de contrôleur, non sans avoir préalablement calé sur son nez les lunettes de lecture qu’il porte autour du cou. «Grüessech mitenand», lance-t-il à la cantonade lorsqu’il entre dans une nouvelle voiture, avant de saluer chaque voyageur individuellement lors du contrôle.

Un nouveau venu dans le métier

En le voyant ainsi contrôler les titres de transport, on croirait Ruedi Widmer dans sa routine de toujours. Il émane de lui confiance et assurance. Qui pourrait deviner qu’il débute dans le métier? Et pourtant, il n’a terminé sa formation d’agent de train qu’en mai de cette année. Du haut de ses 56 ans, il était le plus âgé de sa volée. Ruedi Widmer travaille aux CFF depuis son apprentissage d’agent du mouvement. C’était il y a 39 ans. Depuis, il a œuvré comme suppléant du chef de gare à Wolhusen, sous-chef de la gare de Berne puis collaborateur chez Intervention à Olten.

Ruedi Widmer a abordé sa reconversion avec motivation et entrain.

Jusqu’à présent, c’étaient les restructurations qui propulsaient Ruedi Widmer à de nouveaux postes. Mais lorsqu’une réorganisation s’est profilée chez Intervention, il a décidé de présider lui-même à son destin: face à la perspective de voir son portefeuille d’activité se réduire comme peau de chagrin, il a préféré se retirer de la course et ne pas postuler du tout. Une décision que bon nombre de ses collègues n’ont pas comprise. Ruedi Widmer n’a pas eu à se creuser longtemps les méninges: il exercerait une nouvelle fonction au contact de la clientèle. Et comme plusieurs agents de train lui avaient donné des retours positifs sur leur travail, son choix s’est porté sur cette profession. Il a postulé, mais essuyé deux échecs. Son âge allait-il lui être fatal? Ruedi Widmer n’a pas baissé les bras et c’est finalement Sven Trachsel, chef de team Assistance clientèle à Olten, qui a reconnu son potentiel. Impressionné par la motivation du nouveau venu, il lui a donné sa chance.

Ruedi Widmer a fait partie de la classe pilote qui a effectué la formation en huit mois au lieu de douze. Autre nouveauté: l’attribution d’un ordinateur portable à chaque élève pour toute la durée de la formation. Jusqu’à présent, les apprenants devaient utiliser les ordinateurs des salles de service ou leur ordinateur privé pour accéder à l’outil d’apprentissage en ligne. «On nous a appelé la classe laptop», se souvient Ruedi Widmer.

Aucune appréhension numérique

Bien disposé vis-à-vis de l’apprentissage électronique, Ruedi Widmer n’a pas ressenti d’appréhension dans ce domaine. Ses précédentes fonctions n’exigeaient pourtant pas de lui des compétences numériques avancées et il ne faisait de ses appareils privés qu’un usage limité aux applications usuelles. «Je ne pensais pas être capable de tenir aussi bien le rythme face aux jeunes», confie-t-il.

La formation d’agent commercial des trains n’en a pas moins constitué une épreuve pour Ruedi Widmer. «Trop de matière à assimiler en trop peu de temps», conclut-il. Avant d’ajouter: «J’ai dû repousser mes limites. Je n’aurais pas pu tenir beaucoup plus longtemps». Mais c’est le résultat final qui compte et ce dernier s’est révélé «bon à très bon», ce dont il tire une grande fierté.

Ruedi Widmer semble déjà parfaitement à l’aise dans ses nouvelles fonctions.

Dans son nouveau quotidien d’agent de train, Ruedi Widmer peut désormais mettre à l’épreuve les connaissances fraîchement acquises. «Il est clair que j’ai encore beaucoup à apprendre», fait-il remarquer avec modestie. Il n’hésite donc pas à demander conseil à ses collègues plus expérimentés. Aujourd’hui, Ruedi Widmer se déclare fort satisfait de son travail, grâce au contact direct qu’il entretient avec la clientèle. Ici, quelques mots aimables, là, une petite blague, c’est ce qui lui plaît. «Si je m’écoutais, je plaisanterais plus souvent avec les passagers», laisse-t-il échapper, «mais l’humour est à double tranchant: tous ne sont pas preneurs. Dans le doute, je préfère éviter.»

L’histoire de la reconversion de Ruedi Widmer est donc une success-story. «Avec le recul, je me dis que j’ai été un peu naïf de tout miser sur la formation d’agent commercial des trains. Je n’avais pas de plan B», confie-t-il. Il peut aujourd’hui se féliciter d’avoir relevé le défi et de s’être lancé dans une nouvelle aventure, à l’âge où d’autres se réjouissent de ralentir progressivement le rythme.

« Je ne pensais pas tenir le rythme face aux jeunes.  »
Ruedi Widmer

De l’accompagnement des trains à l’assistance clientèle

Les clients et leurs besoins sont au cœur du programme «Accompagnement de la clientèle 2020». Les profils «personnel des trains grandes lignes», «personnel des trains régionaux», «escale Voyageurs» et «relevé des fréquences» fusionnent au sein de la nouvelle fonction polyvalente d’«assistant clientèle CFF». L’objectif: faire en sorte que les assistants clientèle soient présents là où les clients en retirent la plus grande utilité en termes d’accompagnement et de prise en charge. Pour le personnel qui apprécie le contact avec la clientèle, les CFF créent ainsi un profil métier d’avenir, attrayant et diversifié.
Les tours du personnel des trains seront établis en fonction des besoins, en tenant compte notamment de la saison, des événements et des chantiers prévus. L’un des éléments clés de l’«Accompagnement de la clientèle 2020» est par ailleurs l’affectation flexible et intersectorielle du personnel. Le nouveau profil prendra effet à compter du changement d’horaire du 9 décembre 2018.