12 heures à Berne

Le bloggeur de Ron Orp nous a fait part de ses impressions suite à son excursion d’une journée à Berne.

12 heures à Berne
12 heures à Berne

Je suis encore tombé sur une offre RailAway particulièrement intéressante. Cette fois, je pars visiter l’exposition Hodler//Parallélisme au 
Kunstmuseum de Berne
. Hodler est tout de même considéré comme le peintre suisse le plus important. Il ne suffit donc pas de savoir qu’il a peint un bûcheron une fois. En plus, je ne sais vraiment pas grand-chose sur le parallélisme. En revanche, je connais un peu la ville de Berne, et je me réjouis de repasser à mes endroits préférés.

Concours

Gagnez l'une des trois offres combinées RailAway pour vous rendre à votre exposition préférée avec la personne de votre choix (aller et retour en transports publics depuis/jusqu’à votre domicile ainsi que 2 entrées). Cliquez ici pour participer au concours.
 

Cette fois, je pars visiter l’exposition Hodler//Parallélisme au Kunstmuseum de Berne.
Gare de Berne.

Avant de me rendre au Kunstmuseum, je descends la Spitalgasse pour aller chez Adrianos. Je viens ici à chaque fois pour commencer ma visite de la capitale par un renversé bernois. L’établissement sert un excellent café et représente l’endroit idéal pour observer les gens. Tout en sirotant ma tasse et en regardant les passants, je me demande si les gens ont un look différent dans les diverses villes de Suisse. Je crois bien que oui. Enfin, un peu, d’une certaine manière. 

Adrianos.

Une fois le travail effectué (déguster un renversé bernois est un vrai travail), je sors et je me fraye un chemin à travers des hordes de touristes pour passer la Tour de l’Horloge et la fontaine de l’Ogre avant d’arriver au Kunstmuseum. Je pénètre alors dans la Suisse de Ferdinand Hodler. Je ne savais pas que pour l’artiste, le parallélisme avait pour but de révéler l’esthétique de la nature. Cette information permet d’admirer ses tableaux avec un nouveau regard. Je ne manquerai pas de frimer un peu en sortant ma science au prochain apéro. 

Musée des Beaux-Arts de Berne.

Après avoir fait le tour de la collection, je prends le bus n° 10 en direction d’Ostermundigen. Ma prochaine étape se nomme Bimano. Mes collègues bernois ne tarissent pas d’éloges sur ce gigantesque restaurant, bar, place de jeux et salle d’escalade tout à la fois. En chemin, j’écoute un choix de musique bernoise: Nativ, Manillio, Jeans for Jesus. Berne est aussi incontestablement la capitale helvétique de la musique. 

Et ce fameux Bimano, donc? Un truc de ouf! Le tajine est excellent et la place de jeux tellement énorme que pendant un moment, j’aurais voulu retourner en enfance. J’ai aussi essayé les murs d’escalade avant de repartir pour le centre-ville au son de Pablo Nouvelle, All XS et Kummerbuben

Bimano.
Bimano.
Bimano.
Bimano.

Bimano.

Bimano.

Bimano.

Bimano.

Je passe le reste de l’après-midi à faire du shopping. Kitchener, Fizzen, Petitepuce, Yamatuti, Winkel, Moss… À Berne, il y a une boutique sympa après l’autre. Il me reste encore un peu de temps pour faire un tour à la Gelateria di Berna qui, d’après moi, sert la meilleure glace de Suisse! 

Kitchener.
Kitchener.

Kitchener.

Kitchener.

Lorsqu’on se balade dans une ville, on a faim en permanence. J’ai donc très hâte d’aller dîner au Löscher. Le restaurant se trouve dans l’ancienne caserne de pompiers Viktoria. Je commande un plat du jour et du vin rouge. À chaque gorgée, j’y vois plus clair. Berne est vraiment un super endroit. 

Löscher.
Löscher.

Löscher.

Löscher.

J’ai encore du temps avant de prendre mon train pour rentrer. Je vais donc me balader sur le pont du Kornhaus et je prends un verre à la Turnhalle. Tout en dégustant ma boisson, je me dis qu’il faudrait faire ça plus souvent. Combiner une visite de ville avec celle d’un musée, c’est vraiment top. Et le billet combiné RailAway est le meilleur compagnon de voyage qui soit.