«Je pense qu’on aura toujours besoin d’employés de la manœuvre.»

Le fret ferroviaire est également concerné par la numérisation et l’automatisation. Dans ce portrait, Kilian Schönenberger, employé de manœuvre, explique comment l’attelage et l’essai de freins automatiques transformeront le travail quotidien chez CFF Cargo.

Automatische Kupplung und Bremsprobe verändern den Arbeitsalltag
Automatische Kupplung und Bremsprobe verändern den Arbeitsalltag

Cela fait 25 ans que Kilian Schönenberger est employé de manœuvre chez CFF Cargo. Ce n’est pas un métier facile: en effet, le travail avec de lourds attelages à vis, la longueur des trains qu’il faut parcourir d’un bout à l’autre, ainsi que la nécessité de se baisser régulièrement représentent une charge physique considérable. CFF Cargo commencera tout prochainement à travailler concrètement avec l’attelage et l’essai des freins automatiques. Dans un portrait audio, Kilian Schönenberger évoque son quotidien professionnel sur les voies, et la manière dont il vit le passage à l’exploitation automatisée de la manœuvre.

Pas le temps, ou pas la possibilité, d’écouter le portrait audio? En voici l’essentiel: 

  • Actuellement, l’attelage et le contrôle des freins sont des activités exigeantes et difficiles qui exigent de se déplacer à pied sur de grandes distances le long des trains de marchandises. 

  • Kilian Schönenberger se réjouit de voir arriver l’attelage automatique. Son travail sera moins dur. 

  • «On aura toujours besoin d’employés de la manœuvre», estime Kilian Schönenberger, convaincu. 

  • Des développements tels que l’utilisation de caméras vont encore simplifier le travail quotidien du personnel de la manœuvre.