Tunnel de Ligerz : Plus de trains, moins de bruit

Le projet du doublement de la voie entre Chavannes et Twann, comprenant le tunnel de Ligerz permettra d’accroître les capacités ferroviaires et de protéger les riverains contre le bruit. Le bruit n’est qu’une préoccupation environnementale parmi plusieurs.

Le futur portail ouest du tunnel de Ligerz
Le futur portail ouest du tunnel de Ligerz

Le chantier ne devrait commencer qu'en 2020, mais pour Thierry Marchon, le responsable environnement du projet, les préoccupations environnementales sont présentes dès la conception du projet. « Ce site s’inscrit à l’IFP - Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels. L’IFP désigne les paysages de Suisse les plus précieux qui sont donc à protéger », explique Thierry Marchon. C’est pour cela que le projet a dû s'adapter. Par exemple, il est nécessaire de maintenir ou de créer des biotopes adaptés aux espèces présentes sur le site. « En plus, nous devons conserver des liaisons biologiques pour la faune. Il s’agit de structures permettant aux animaux de transiter d’un côté à l’autre de la voie ferrée. »

Des nouvelles zones vertes

La flore et la faune ne sont pas les seules préoccupations de l’équipe environnement de CFF Infrastructure. « En effet, nous traitons 17 domaines dans l’étude d’impact sur l’environnement. Ces domaines concernent évidemment la nature, mais également le bruit ou les vibrations. » C’est justement en termes de bruit et de vibrations que ce projet présente de véritables atouts pour les riverains : les nuisances sonores, vibratoires et visuelles engendrées à Ligerz par la ligne passant au bord du lac seront de l'histoire ancienne. La voie ferrée actuelle datant de 1861 sera démantelée. « Cela représente environ 31 000 mètres carrés de surfaces libérées en bordure du Lac de Bienne », explique Philippe Cornaz, le chef de projet général. « Elles permettront la création de nouvelles zones vertes, viticoles et d’utilité publique en lieu et place de l’actuelle zone. »

Ce projet de doublement de la voie d’un budget d’environ 406 millions de francs renforcera les capacités du trafic ferroviaire. En trafic régional, il permettra l’introduction de la cadence à la demi-heure entre Neuchâtel et Bienne. La nouvelle infrastructure garantira les capacités du trafic marchandises, malgré la densification du trafic voyageurs. Les prochaines étapes :

  • De janvier 2019 à mi-2020: mise à l’enquête publique, élaboration du projet de construction et appel d’offres.

  • De mi-2020 à fin 2025: travaux de construction.

  • Fin 2025: mise en service.

  • À partir de 2026: démantèlement de la ligne actuelle.