Sa mission? Régler les conflits interpersonnels

Daniel Eigenmann prendra ses fonctions de médiateur des CFF le 1er janvier 2019. Son objectif est d’aider à résoudre les conflits interpersonnels.

Daniel Eigenmann est le nouveau médiateur des CFF.
Daniel Eigenmann est le nouveau médiateur des CFF.

Qu’est-ce qui t’intéresse dans la fonction de médiateur des CFF?
En ma qualité de responsable Human Resources (HR) de CFF Cargo, j’ai régulièrement eu des conflits à gérer. Le fait de résoudre des différends dans lesquels je n’étais pas impliqué m’a apporté une grande satisfaction. À l’appui de cette expérience, j’ai suivi une formation de médiateur. En tant que médiateur des CFF, j’espère contribuer à rapprocher des personnes qui ne se parlent quasiment plus dans certains cas et les aider à trouver des solutions.

J’ai beaucoup échangé avec mon prédécesseur Peter Lehmann à propos de son expérience. À cette occasion, j’ai été frappé par l’engagement dont il a fait preuve dans le cadre de ses fonctions de médiateur. Mon objectif est de poursuivre dans la voie qu’il a tracée durant toutes ces années.

Le service de médiation a-t-il réellement lieu d’être? La CCT définit déjà les conditions de travail de manière détaillée.
Aux CFF, nous avons réalisé un important travail dans le domaine des normes et des règlements. Néanmoins, dans les faits, il existe toujours des cas que les instances et les instruments existants ne permettent pas de résoudre. Le service de médiation est sollicité par les collaborateurs et traite une cinquantaine de cas par an. Ce chiffre seul suffit à justifier son existence.

Peter Lehmann (à gauche) transmettra son poste de médiateur à Daniel Eigenmann à la fin de l’année.

Tu passes du rythme souvent trépidant des activités opérationnelles à une fonction de second plan. N’as-tu pas peur que cela te manque?
Je ne l’espère pas. Après plus de 30 ans de travail dans les ressources humaines, je me réjouis d’avoir moins de cas à traiter, et donc de pouvoir les étudier davantage en profondeur. J’apprécie aussi le calme dans mon quotidien professionnel.

Pourquoi es-tu fait pour ce poste?
En tant que responsable HR, je représentais certes l’employeur, mais j’avais toujours l’intérêt du collaborateur en tête. Je connais parfaitement les deux parties ainsi que les normes et les règlements des CFF. Ce sont des conditions optimales pour assumer cette tâche.

Mon but est de parvenir à un résultat qui soit acceptable pour toutes les parties prenantes.

Daniel Eigenmann

En tant que collaborateur des CFF, que puis-je attendre du médiateur?
En premier lieu, ma neutralité. Je ne suis ni de ton côté, ni de celui des CFF. Je suis avant tout à l’écoute de tes préoccupations et j’analyse les faits en restant complètement neutre. Sur cette base, je livre, le cas échéant, des recommandations aux parties impliquées. En revanche, je n’ai pas le droit de donner des instructions. Mon but est de parvenir à un résultat qui soit acceptable pour toi et pour les autres parties prenantes.

Dans quels cas n’es-tu pas l’interlocuteur adéquat?
Je ne traite pas des décisions qui sont prises dans le cadre d’une procédure ordinaire et qui sont compréhensibles sur un plan neutre. Je n’accepte pas non plus de mandats en lien avec des affaires privées, telles qu’une dispute avec un voisin.

Quel est ton degré d’indépendance dans ton travail?
En ma qualité de médiateur, je suis indépendant et ne suis tenu de me conformer à aucune instruction. Je ne suis d’ailleurs subordonné à personne aux CFF.

Parallèlement à ta fonction de médiateur, tu travailleras également comme conseiller pour CFF Consulting. Cela ne constitue-t-il pas un conflit d’intérêts?
Je séparerai strictement les deux tâches. Je refuserai les mandats de conseil susceptibles de se transformer en conflit qui atterrirait sur le bureau du médiateur. Ainsi, des tâches de conduite transitoires sont notamment exclues.

Puis-je compter sur ta confidentialité si je m’adresse à toi?
Oui. Je suis soumis à l’obligation de garder le secret et aux directives en matière de protection des données. Dans la mesure où tu ne m’en dispenses pas, je traite ta requête de façon confidentielle.

Combien coûte une consultation?
Rien. Mes services de médiateur sont gratuits pour les collaboratrices et les collaborateurs des CFF.

Peter Lehmann a occupé la fonction de médiateur des CFF pendant près de neuf ans. Durant cette période, il a traité plus de 450 cas. À quelques exceptions près, il a toujours réussi à trouver une solution. Dans plus de la moitié des cas, les conditions de travail, un manque de confiance ou un comportement inadapté des cadres étaient en cause. Selon lui, le manque de reconnaissance est le premier motif de recours au médiateur. Il accable les collaborateurs et nuit durablement à l’ambiance de travail. Peter Lehmann clôturera ses derniers cas en suspens d’ici à la fin mars 2019.