Ski de printemps: les quatre mythes principaux passés au crible

Plaisirs du ski matinal par des conditions idéales, agréable détente après-ski sur une terrasse ensoleillée ou plutôt pistes de mauvaise qualité? Nous vous exposons ce qu’il en est vraiment des mythes relatifs au ski de printemps.

Ski de printemps: les quatre mythes principaux passés au crible
Ski de printemps: les quatre mythes principaux passés au crible

Flims Laax Falera, Engelberg et Saint-Moritz sont les domaines skiables incontournables de ce printemps. Grâce aux offres combinées Snow’n’Rail, vous bénéficiez lors de tout achat en ligne d’un rabais de 20% sur le trajet aller-retour en transports publics ainsi que de réductions supplémentaires dans de nombreuses stations de ski pendant la basse saison.

1er mythe: au printemps, les pistes sont mauvaises

Aux mois de mars et d’avril, le soleil se lève beaucoup plus tôt qu’en hiver et il fait donc jour dès le petit matin. Les remontées mécaniques de nombreux domaines skiables, notamment Adelboden et Laax, sont ainsi en service dès 8h déjà et, à certains endroits, cette mise en service a même lieu à 7h. Les skieurs qui empruntent la première remontée pour débuter leur journée sont récompensés par des pistes parfaitement préparées et la douceur des premiers rayons de soleil.

L’après-midi, il est conseillé d’emprunter les pistes des domaines skiables exposées au nord, car elles restent dans de bonnes conditions particulièrement longtemps. Un conseil pour le domaine skiable de Davos: privilégier les pistes du Weissfluhjoch, comme celles de Hauptertäli et de Meierhofertäli: ces deux pistes bleues sont situées en altitude et parfaitement préparées.

Au printemps, les chances de tomber sur un névé sont particulièrement élevées. De nombreux skieurs préfèrent ce type de neige, qui ne se forme qu’avec des conditions climatiques printanières, à la poudreuse. Cette neige compacte et semblable à du grésil est créée par les conditions météorologiques, lorsqu’une couche molle se forme au-dessus de la couche neigeuse dure et gelée. De nombreux domaines skiables (Arosa-Lenzerheide et Davos-Klosters, par exemple) proposent des randonnées à ski spéciales menant aux meilleures pistes de névé de la région.

 

2e mythe: il ne vaut plus la peine d’apprendre à skier aussi tard dans la saison

Au contraire, apprendre à skier au printemps comporte des avantages. Et ce pour quatre raisons simples:

  • Au printemps, la haute saison est passée, il y a donc moins de monde sur les pistes et les domaines skiables. L’attente aux remontées mécaniques est moindre et il est en outre plus facile d’obtenir une place dans un cours de groupe ou un cours privé dans les écoles de ski.

  • Beaucoup de domaines skiables proposent des forfaits de printemps, notamment des abonnements de ski et des offres hôtelières à prix réduit, ce qui permet de s’offrir des vacances de ski à un prix avantageux.

  • La neige molle convient particulièrement aux débutants, car elle offre une meilleure résistance que les pistes dures et gelées. Les carres des skis adhèrent mieux, ce qui facilite le freinage et rend la descente plus sûre.

  • À Saas-Fee, la situation en altitude et l’enneigement garanti permettent même d’apprendre à skier en été. On est ainsi assuré de ne pas oublier la technique de ski apprise d’ici à l’hiver suivant.

 

3e mythe: au printemps, je veux de la chaleur, pas de la neige

Dans la plupart des domaines skiables, il fait déjà chaud et le soleil brille au printemps. Les températures peuvent atteindre 15° C et les journées sans nuages ne sont pas rares. La chaleur est due à l’ensoleillement direct, qui est plus important au printemps qu’en hiver et qui est encore renforcé par la réverbération des UV sur la neige. Les températures douces permettent de dévaler les pistes vêtu d’une veste légère au lieu d’un anorak épais. Par ailleurs, les rayons ultraviolets du soleil favorisent la sécrétion de l’hormone du bonheur.

Cependant, le beau temps n’a pas un effet positif sur notre humeur uniquement: il améliore les conditions de visibilité en montagne, ce qui représente un avantage, tant pour les skieurs invétérés que pour les débutants. On peut se concentrer pleinement sur les plaisirs du ski et admirer la vue sur les montagnes environnantes et le ciel bleu, plutôt que de devoir lutter contre la neige qui tombe et la visibilité réduite.

Une pause dans une cabane permet de jouir de la météo clémente, car au final il n’y rien de mieux que de pouvoir se détendre au soleil après une journée sur les pistes.

 

4e mythe: au printemps, il ne se passe plus rien dans les domaines skiables

Dans plus d’une station de ski, c’est justement au printemps qu’ont lieu de nombreuses «Season End Partys», des courses de ski passionnantes et des concerts inoubliables. Des festivals tels que le «SnowpenAir» attirent plusieurs milliers de visiteurs dans la région de la Jungfrau début avril. Des têtes d’affiche comme James Morrison et DJ Antoine promettent une ambiance de fête jusqu’au bout de la nuit.

Ceux qui recherchent le plaisir et l’action ailleurs que sur les pistes de ski et les scènes des festivals peuvent expérimenter de nombreuses autres activités en plein air au printemps, comme le parapente ou la randonnée. La piste de luge Rotenboden, sur le domaine skiable de Zermatt, constitue également une aventure pour toute la famille. S’agissant de la plus haute piste de luge de Suisse, il est possible de l’emprunter sans problème jusqu’en avril.

Réduction sur le trajet aller et retour en transports publics et les forfaits de ski

Pendant la basse saison, à partir du 1er mars 2019, vous bénéficiez d’un rabais de 20% sur le trajet en transports publics pour tout achat en ligne grâce aux offres combinées Snow’n’Rail.

De nombreux domaines skiables proposent des réductions supplémentaires sur les forfaits de ski pour tout achat en ligne en basse saison. Tous les domaines skiables ne lançant pas leurs offres au même moment, veuillez consulter les dates de début et de fin spécifiques à chaque offre.

Cet article a été rédigé en collaboration avec CheckYeti.ch.