Chefs d’œuvre de l’ingénierie: 7 excursions spectaculaires

Sept destinations d’excursion qui vous couperont le souffle par leur génie technique et architectural. Des ponts, des téléphériques et même une église. Et le plus beau dans tout ça: ces destinations sont toutes faciles d’accès, à quelques pas des points de desserte des transports publics.

Chefs d’œuvre de l’ingénierie: 7 excursions spectaculaires
Chefs d’œuvre de l’ingénierie: 7 excursions spectaculaires

Ne regardez pas en bas! Le pont suspendu tibétain «Carasc»

Petites natures, s’abstenir: près de Bellinzone, le pont suspendu tibétain «Carasc» s’étend à 130 mètres au-dessus du sol.

Il mesure 270 mètres de long, près de un mètre de large, pèse 50 tonnes et s’étend à 130 mètres au-dessus du sol. Les ingénieurs du pont suspendu «Carasc», près de Bellinzone, n’ont pas leur pareil pour emballer les cœurs et effrayer les enfants. Mais ne vous inquiétez pas, ce pont est sûr et donne accès à de belles choses. À l’église San Bernardo, par exemple, qui aurait 900 ans, et au hameau de Curzútt, qui a été habité jusqu’au XVIIIe siècle. Comme si Bellinzone n’était pas déjà assez attrayante avec ses châteaux médiévaux! Bon à savoir: le marché traditionnel a lieu tous les samedis matin en centre-ville.

 

Balade romantique dans un train des années 1920: la ligne ferroviaire Davos–Filisur

Un morceau d’histoire beau comme un tableau: le viaduc de Wiesen, sur la ligne Davos–Filisur.

Plus contemplatif et plus romantique: prenez le train entre Davos et Filisur. Deux fois par jour, le matin et l’après-midi, les Chemins de fer rhétiques permettent de parcourir la pittoresque Landwasser dans des voitures des années 1920, sans supplément. Ce sont pas moins de quarante minutes à travers les plus beaux paysages grisons. Et bien entendu, le chef de train sait précisément où ralentir: à l’approche de la gorge de Zügen et du chef d’œuvre de l’ingénierie suisse par excellence: le viaduc de Wiesen. Achevé en 1909, il mesure près de 89 mètres de haut, 210 mètres de long, et a bien sûr été immortalisé par Ernst Ludwig Kirchner («Le Pont près de Wiesen», 1926).

 

Monter tout droit au ciel: VerticAlp Emosson

Les deux cabines du transport à câble d’Emosson s’élèvent presque à la verticale, offrant un panorama sur tout le massif du Mont-Blanc.

Non, «Emosson» n’est pas une variante linguistique d’«émotion». Et pourtant, ce transport à câble constitué de deux cabines (l’un des plus abrupts du monde) peut réserver quelques émotions! La pente monte jusqu’à 87%, soit 41°. Dans ces conditions, il ne reste plus qu’à se détendre et admirer, ce qui ne devrait pas être bien difficile avec le majestueux massif du Mont-Blanc tout autour. Et si vous n’êtes pas encore comblé par la vue, attendez d’arriver à 1965 mètres au lac d’Emosson, retenu par le deuxième plus grand barrage de Suisse.

 

Les Alpes défilent à 360°: restaurant Kuklos à Leysin

Savourez votre repas au restaurant Kuklos de Leysin. Le restaurant pivote grâce à des énergies renouvelables.

Le restaurant Kuklos (du grec «Kyklos», qui signifie cercle ou anneau) porte bien son nom. Perché à 2048 mètres d’altitude, il fait un tour sur lui-même en une heure et demie. Juste le temps de faire un bon repas! Mais il est encore plus exceptionnel par le panorama qu’il dévoile: mont Blanc, Eiger, Dents du Midi et Tour d’Aï, pour ne nommer que quelques sommets, s’enchaînent paisiblement en un véritable show alpin. Le Kuklos est aussi écologique. Il tourne à l’énergie solaire et éolienne.

 

À l’air libre: monter sur le Stanserhorn en CabriO

Une vue parfaite à l’air libre: le téléphérique CabriO au Stanserhorn.

Le Stanserhorn a aussi son restaurant tournant: le Rondorama. Le trajet en CabriO pour y accéder est déjà un grand plaisir. Ce téléphérique sur deux niveaux comporte un escalier en colimaçon pour monter sur le pont supérieur, qui n’est pas couvert! C’est une première mondiale inaugurée en 2012 et dont les médias ont énormément parlé. Mais l’aventure ne commence vraiment qu’à l’arrivée sur le Stanserhorn: quand le ciel est dégagé, on a une vue imprenable sur dix lacs suisses et 100 kilomètres de la chaîne des Alpes.

 

Apparition céleste: l’église de Mario Botta

Une église pas comme les autres: le petit bijou de Mario Botta sur le Monte Tamaro tessinois.

Quand l’architecte tessinois Mario Botta est à la manœuvre, même les églises prennent une dimension tout à fait nouvelle et singulière. «Santa Maria degli Angeli», construite en porphyre de 1992 à 1996 sur le Monte Tamaro, captive le regard par son viaduc de 65 mètres de long accessible aux piétons. Une église doublée d’un point de vue sur les Préalpes, plusieurs lacs et les sommets alpins enneigés? Il faut l’avoir vue au moins une fois dans sa vie.

 

Revivre l’histoire de la Suisse: Musée suisse en plein air de Ballenberg

Sur la piste des techniques ancestrales au Musée suisse en plein air de Ballenberg.

D’où tenons-nous notre expertise technique? Comment faisait-on pour construire, cuisiner et produire de l’énergie autrefois? Le Musée suisse en plein air de Ballenberg, dans l’Oberland bernois, s’intéresse de près à ces questions à travers une «exposition» de plus de 100 habitations et commerces d’époque sur un terrain de 66 hectares. Les maisons sont représentatives de toutes les régions de Suisse. Les plus anciennes datent du XIVe siècle. À l’intérieur, des figurants s’activent sur les métiers à tisser, à la forge, aux fourneaux, à cuire le pain et sur les tours de poterie, comme autrefois. Cette année, le mot d’ordre est «Participez!», alors tenez-vous prêts!