Navigation

Servicelinks

Top part of the Navigation

Le b.a.-ba de la randonnée

À partir de quelle altitude le tutoiement est-il de rigueur? Quand peut-on boire l’eau des fontaines? Et faut-il s’attendre à rencontrer des serpents dans les Alpes? Andrea Gysi, spécialiste de la randonnée, évoque les erreurs du débutant, Instagram et son lac de montagne préféré.

Le b.a.-ba de la randonnée
Le b.a.-ba de la randonnée

Madame Gysi, qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas faire lorsque l’on randonne?
Oublier de profiter de la randonnée. Quand on marche, on a la possibilité de s’immerger dans un univers d’exception qui révèle toutes les splendeurs de notre nature.

La plus grande erreur que vous ayez jamais faite en randonnée?
Le grand classique: nous avions prévu une randonnée à Verbier, avec repas au bord du petit lac de montagne. L’idée des grillades nous faisait déjà saliver et nous nous sommes mis en route. Une fois arrivés, nous nous sommes rendu compte que le bois ne court pas les rues à 2213 mètres d’altitude. L’erreur du débutant, tout simplement!

Votre lac de montagne préféré?
Le lac d’Oeschinen. Même s’il est maintenant envahi par les touristes, je continue à trouver le décor grandiose. Et pour moi, il est associé à de très beaux souvenirs d’enfance.

Soyons honnêtes. Instagram: bon ou mauvais pour les Alpes?
C’est une question de point de vue. Les publications sur Instagram peuvent représenter un véritable appel d’air pour certaines destinations et bénéficier à toute une région. Mais pour les visiteurs, le tableau peut être moins rose. Lorsqu’un lieu, un refuge ou un sommet devient à la mode, leur nombre rend rapidement le cadre moins idyllique.

Andrea Gysi près des chutes de Pochten, dans la vallée de Suld (BE).

L’automne est la saison idéale pour randonner.

Vous êtes prêts? Alors venez profiter de nos offres combinées pour la randonnée actuelles dans toute la Suisse. Les offres combinées RailAway à prix réduit vous permettent de bénéficier, en plus de votre trajet aller-retour en transports publics, d’une réduction pouvant atteindre 20% sur la prestation de loisirs. Vous trouverez de plus amples informations sur cff.ch/randonnee.

Selon vous, quelle est la taille idéale pour un groupe de randonneurs?
Bien qu’il n’y ait pas de taille parfaite, il existe, pour des raisons de sécurité, un nombre maximal de randonneurs, qui dépend de l’itinéraire et de la composition du groupe. Plus la randonnée est difficile et moins les randonneurs sont expérimentés, plus la taille du groupe doit être faible.

À partir de quelle altitude le tutoiement est-il de rigueur?
Il existe plusieurs théories à ce sujet. Les uns disent à partir de 1000 mètres, d’autres de 1300, d’autres encore de 1800. Il n’y a pas de règle gravée dans le marbre. L’important est de respecter les bases de la courtoisie.

Parlons chiffres à présent. Quel canton possède le plus de sentiers de randonnée, tous sentiers cumulés?
Le canton des Grisons, avec 11 148 kilomètres, suivi par le canton de Berne, puis par le Valais.

Randonnée panoramique dans la région de Disentis Sedrun.

Sur quelles bases (rythme et âge) les indications de temps sur les panneaux indicateurs sont-elles calculées?
L’âge n’entre pas en ligne de compte. Le calcul est réalisé à partir de géodonnées, selon une formule éprouvée de calcul du temps de randonnée. Sur terrain plat, on considère une vitesse moyenne de marche de 4,2 km/h, sans compter les pauses. La règle de base pour effectuer les calculs chez soi est la suivante: sur le plat, on compte un quart d’heure par kilomètre. En montée, on ajoute un quart d’heure par 100 mètres de dénivelé. Et en descente, on ajoute un quart d’heure par 200 mètres.

Qui entretient les 65 000 kilomètres de sentiers que compte la Suisse?
C’est la compétence des cantons. Dans la plupart des cantons, l’entretien est assuré en commun par les communes et les associations de randonnée pédestre. Le plus souvent, les communes se chargent de la construction et de l’entretien des sentiers, tandis que les associations et leurs bénévoles s’occupent du contrôle et de la maintenance du balisage.

Si un endroit me plaît tout particulièrement, est-ce que je peux y planter ma tente?
La situation juridique varie selon les régions de Suisse, mais le camping sauvage est interdit dans plusieurs zones protégées: le Parc National Suisse, les districts francs fédéraux ou les zones de protection de la faune sauvage, et la plupart des réserves naturelles et zones de tranquillité pour le gibier durant la période de protection. Ailleurs, le fait qu’un petit nombre de personnes passe la nuit en montagne, au-dessus de la limite de la forêt, ne pose généralement pas de problème, à condition de faire attention et de bien s’informer sur les conditions météorologiques. D’une manière générale, le bivouac en cas d’urgence est toujours autorisé. Dans ce domaine, je recommande de consulter l’aide-mémoire du Club alpin suisse.

Andrea Gysi sur le chemin de la cabane CAS de la Länta. Au second plan, le Zervreilahorn (ou «Cervin des Grisons») et le lac de Zervreilasee, près de Vals.

Quel pays étranger est le plus représenté sur les sentiers des Alpes suisses?
L’Allemagne.

Quand et comment les accidents de randonnée se produisent-ils?
Le plus souvent, les randonneurs glissent, trébuchent ou tombent. Les risques augmentent à la descente, d’une part parce que les mouvements sont moins aisés, et d’autre part parce que la fatigue se fait sentir.

Que faire lorsqu’un orage éclate tout à coup pendant une randonnée?
Éviter les endroits particulièrement exposés! Je veux dire par là les sommets, les crêtes, les cimes, les arbres isolés, les poteaux électriques ou les pylônes de remontées mécaniques et leur environnement, ainsi que les cours d’eau et les câbles métalliques. Et en cas de danger, s’accroupir sur un sac à dos sec, serrer les genoux avec les bras et ne surtout pas se lever, afin d’éviter d’être foudroyé.

Faut-il s’attendre à rencontrer des serpents dans les Alpes?
La Suisse compte huit espèces endémiques de serpents, dont deux venimeuses: la vipère péliade et la vipère aspic. Les rencontres sont toutefois extrêmement rares, car les vibrations causées par les lourdes chaussures de randonnée les avertissent de l’arrivée de marcheurs et les font fuir.

Les chiens doivent-ils être tenus en laisse?
Oui, mais uniquement dans les zones protégées, les prés où se trouvent des animaux et les forêts pendant la période de mise bas des chevreuils, du 1er avril au 31 juillet. Ils doivent alors être tenus en laisse dans tous les cas, même s’ils obéissent au doigt et à l’œil.

Quand peut-on boire l’eau des fontaines, et quand n’est-elle pas potable?
Dans les communes, les fontaines publiques dont l’eau n’est pas potable portent en général un avertissement clair. En montagne, c’est souvent différent. En cas de doute, il vaut mieux s’abstenir et emporter assez d’eau dans sa gourde. D’une manière générale, la qualité de l’eau en Suisse est toutefois très bonne.

Randonnée au col de Surenen.

Qui a la priorité sur les sentiers, les cyclistes ou les marcheurs?
En principe, ce sont toujours les marcheurs. Mais le mot d’ordre doit toujours être «attention et respect mutuels». À un détail près: les cyclistes doivent maîtriser leur engin à tout moment.

À qui peut-on signaler qu’un sentier est endommagé?
Dans l’idéal, directement à nous. Notre site Internet comporte un formulaire sur lequel on peut préciser l’endroit concerné avant de nous le transmettre. Nous sommes très heureux de recevoir ce genre de remarques, car cela nous aide à maintenir la qualité des chemins de randonnée et à assurer une sécurité constante.

Les déchets sont-ils un problème en montagne?
Oui. Des sondages ont montré que les déchets abandonnés dans la nature constituent le premier motif de mécontentement des randonneurs. Un quart des personnes interrogées ont en effet indiqué en croiser souvent, voire très souvent. Il est important que les randonneurs emportent systématiquement leurs déchets, même organiques, où qu’ils se trouvent. Les déchets abandonnés représentent un danger pour la nature et l’environnement. On assiste cependant, depuis peu, à l’émergence d’un contre-mouvement. Il existe déjà plusieurs «campagnes de nettoyage», avec des bénévoles qui collectent des déchets en montagne et dans les régions montagneuses.

Comment s’engager en faveur des Alpes?
En adhérant! Il est par exemple possible de devenir membre de l’une des 26 associations cantonales de randonnée pédestre, et ainsi de bénéficier de tous les avantages qu’elles proposent. On peut aussi devenir donateur. Tous ensemble, nous pouvons ainsi veiller à ce que nos sentiers restent attrayants, bien entretenus et bien balisés.

Suisse Rando.

Andrea Gysi, 35 ans, travaille pour Suisse Rando, qui regroupe les 26 associations cantonales de randonnée pédestre de Suisse et du Liechtenstein. Ensemble, elles unissent et soutiennent les personnes et les organismes intéressés par la randonnée et les sentiers pédestres. Depuis 1934, elles s’engagent en faveur d’un réseau de chemins de randonnée attrayant, sûr et uniformément balisé.