Navigation

Servicelinks

Top part of the Navigation

Festivals de l'été: bilan positif pour les CFF

Cet été, plus de 1900 trains spéciaux ont acheminé les voyageurs vers les grandes manifestations organisées dans toute la Suisse. Florian Kurt, de Gestion des événements Grandes lignes tire un bilan des prestations des CFF.

Festivals de l'été
Festivals de l'été

Florian Kurt

L’été 2019, particulièrement riche en manifestations, est derrière nous. Quel bilan peut-on en tirer selon toi?
Un bilan extrêmement positif. Les CFF et les transports publics ont, une fois de plus, démontré que nous «maîtrisons le rail» lors des grands événements. La ponctualité a en effet été élevée pour tous les grands événements planifiés avec différents partenaires internes et externes. La Züri Fäscht se classe en tête de la fréquentation, avec 2,5 millions de visiteurs. Après les feux d’artifice, la foule impressionnante de spectateurs s’est dirigée en masse vers la gare de Zürich Stadelhofen, où ces derniers ont pris le RER à l’heure et en toute sécurité pour rentrer chez eux. En tout, près de 1900 trains spéciaux ont circulé cet été, nécessitant la mobilisation de centaines d’assistants clientèle et d’agents de la Police des transports pour contribuer au succès de tous ces événements.

Qu’est-ce qui a particulièrement bien fonctionné? Que retiens-tu pour l’année prochaine?
La «Fête des Vignerons» organisée sur trois semaines a été plutôt longue pour un événement de cette ampleur. Dans ce cas précis, le défi pour nous a consisté à ne jamais relâcher notre attention pendant tout ce temps. L’heure de certaines représentations a dû être décalée en raison de la météo défavorable, nous obligeant à adapter le concept de transport à chaque fois en très peu de temps. Lors des grands événements tels que la Fête fédérale de gymnastique ou la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres, les voyages retour étaient concentrés sur un intervalle de temps très court, à savoir le dimanche soir. Nous avons toutefois réussi à gérer l’afflux important de voyageurs tant à Aarau qu’à Zoug grâce à un concept de transport parfaitement choisi et aux infrastructures idéales de nos gares. Tout au long de l’été, nous avons dû composer avec le manque de mécaniciens et de matériel roulant d’une part, et le nombre grandissant de chantiers d’autre part. Cette situation risque d’ailleurs de persister dans les années à venir.

En trafic événementiel, l’esprit CFF devrait être toujours perceptible. Quelle est ton opinion à propos?
Je suis tout à fait d’accord. Lors d’un grand événement, l’esprit CFF est perceptible au niveau de toutes les divisions, voire de toutes les unités d’organisation. Tous les participants sont très motivés et accomplissent un travail formidable pour nos clients. Nous tenons ici à remercier chaleureusement les nombreux mécaniciens et assistants clientèle qui ont effectué des interventions spéciales pour que tout se déroule sans accroc.

Le débat actuel autour du climat était-il également à l’ordre du jour dans vos discussions?
Absolument. Nous nous sentons très concernés par le débat autour du climat et, de manière générale, par les thèmes liés au développement durable en trafic événementiel. Nous avons d’ailleurs fait circuler 14 trains spéciaux fin septembre pour acheminer de nombreux voyageurs et voyageuses à la manifestation pour le climat organisée à Berne.

Projetons-nous en 2020. À quoi devons-nous nous attendre l’an prochain?
Après une année 2019 exceptionnelle, nous aurons droit à un peu de répit, toutefois de courte durée. On dénombre en effet à nouveau près de 1200 événements dans la base de données, dont quelque 670 événements auxquels nous participons activement. Les temps forts seront, à n’en pas douter, les Jeux olympiques d’hiver de la jeunesse à Lausanne en janvier, les Championnats du monde de hockey sur glace à Lausanne et à Zurich en mai, le Festival fédéral de yodel à Bâle en juin 2020 et les Swiss Skills à Berne en septembre. Sans oublier, les grands événements qui auront lieu au stade de Letzigrund, tels que les deux concerts de Rammstein en juin et celui des Büetzer Buebe Gölä et Trauffer en août.