Le son des CFF pour Noël

Les CFF ont leur chant de Noël: «Partons ensemble». 100 collaboratrices et collaborateurs chantent cet air avec passion afin de réjouir la clientèle et de collecter de l’argent pour une bonne cause. Cette chanson a été enregistrée en novembre aux ateliers d’Olten. Coup d’œil dans les coulisses.

Début d’une galerie photos

Il est possible de visionner le clip vidéo complet de la chanson ici.  

Donner un peu moins de 2 francs et écouter la chanson sur tous les appareils personnels. Le produit du don est versé à la Chaîne du Bonheur.

 

De nombreux collaborateurs et collaboratrices des CFF se sont inscrits pour participer au chœur de Noël. Par un mercredi de novembre, ils sont venus de partout aux ateliers d’Olten en se réjouissant de chanter enfin cette chanson. Tout est prêt: camion avec éclairage, caméras, matériel d’enregistrement. Le trac des interprètes est palpable. Comment cet enregistrement va-t-il se dérouler? Il n’y a qu’une journée pour le faire.  

Pas de chanson sans passion 

«Cela fait deux semaines que je m’entraîne à fond», dit un mécanicien qui participe au chœur de Noël des CFF. Les chanteuses et chanteurs ont reçu le texte en trois langues et la mélodie au préalable afin de pouvoir les apprendre. Bien entendu, il n’est pas le seul à avoir seriné la mélodie et appris par cœur les textes de la chanson, jour et nuit. En effet, l’enjeu est considérable. Avec ce chant de Noël, les membres du personnel remercient les clients pour leur confiance et leur fidélité. Et ils collectent de l’argent: les recettes de la chanson iront à la Chaîne du bonheur, qui soutient les personnes en détresse.  

Début d’une galerie photos

«Zäme unterwägs/Partiamo insieme/Partons ensemble»: davantage qu’un chant de Noël en plus 

L’envie de chanter rapproche les collaboratrices et collaborateurs qui se sont réunis aux ateliers d’Olten pour constituer un chœur. Mais il n’y a pas que ça: ils ont aussi en commun leur fierté personnelle et le désir de rencontrer d’autres gens. Ensemble, ils souhaitent servir une bonne cause, par l’action. Fier d’être présent, Yannick Ruppen, agent de la police des transports depuis 2012, confie ce que Noël signifie pour lui.  

«Cette année, j’ai de la chance: j’ai congé le soir du 25 décembre. Comme mes grands-parents ont plus de 90 ans et que l’on ne sait jamais combien de temps ils seront encore là, j’apprécie de pouvoir passer du temps avec eux à Noël. »
Yannick Ruppen

 

Avec la chanson de Noël des CFF, Yannick peut aussi offrir quelque chose à ses grands-parents. Pour Nadine Riesterer, qui est en contact quotidien avec la clientèle au Centre voyageurs de Bâle, le plus important dans la vie est le contact humain personnel. Cela vaut au travail et dans la vie privée.  

«Bien entendu, la santé et la qualité des relations interpersonnelles, que ce soit avec ma famille, mes clients ou mes collègues au travail, sont le plus important pour moi.»
Nadine Riesterer

L’importance des relations personnelles 

Ces relations humaines sont palpables également dans les enregistrements du chant de Noël des CFF. En coulisse les conversations vont bon train, décontractées, entre les collaboratrices et collaborateurs CFF et l’équipe de production. Même après la cinquantième reprise, le chœur reste d’attaque. Le «ah!» à la fin de la chanson devient même plus franc d’une version à l’autre. C’est donc une expérience incroyablement positive, vécue un banal mercredi de novembre. 


Encore davantage de Noël avec les CFF? Il y a encore d’autres beaux présents à découvrir. En particulier, on trouvera là le calendrier de l’avent et de nombreuses idées de cadeaux dans les magasins des gares CFF.