«Je suis et je resterai cheminot dans l’âme.»

Tout ce qui passe par la blanchisserie d’Anyway CFF ressort comme neuf: vêtements de travail, filtres pour locomotives, serpillères, etc. Anyway permet aux collaborateurs qui ne peuvent plus exercer leur métier pour raisons de santé de rester dans l’entreprise. Roland Klodel est l’un d’entre eux.

Début d’une galerie photos

Il fait chaud. Une douce moiteur envahit les visiteurs de passage dans le service de blanchisserie d’Anyway CFF. Un pile de vêtements de protection orange repose d’un côté, un tas de draps gris clair attend un peu plus loin, tandis que le ronronnement des lave-linges et des sèche-linges bat la mesure.

Début d’une galerie photos

Dans un coin tranquille, un homme trie des oreillers... Les rouges sont ceux qui agrémentent les voitures 1re classe des CFF. Il les examine minutieusement un par un. «Avant de les mettre au lavage, je vérifie s’ils sont abimés ou s’il y a lieu de les détacher au préalable», explique Roland Klodel. Ici, c’est le spécialiste des oreillers. Il connaît tous les modèles et les consignes d’entretien à suivre pour chacun d’eux sur le bout des doigts. Et ce n’est pas peu dire, puisque chaque train a des oreillers et des taies spécifiques. Toutes les quatre à six semaines, ils atterrissent au service de blanchisserie des CFF.

Début d’une galerie photos

Depuis environ six mois, Roland travaille au service de blanchisserie d’Anyway CFF. L’organisation propose un emploi à près de 120 collaborateurs de plus de 50 ans qui ne sont plus capables d’exercer leur métier pour des raisons de santé. Roland, qui connaît le métier de cheminot de A à Z, est l’un d’entre eux: après avoir débuté sa carrière aux CFF il y a 38 ans comme «apprenti employé d’exploitation», il a travaillé 17 ans au service de nettoyage des voitures sur les sites de Winterthour et de Schaffhouse, où il occupait le poste de chef de team – jusqu’en 2017. «J’ai dû faire une pause de six mois», confie Roland à voix basse. Une période difficile pendant laquelle il a pu compter sur le soutien de sa famille et de son employeur. «J’avais un très bon Case Manager et ma famille m’a donné beaucoup de force.» Doucement mais sûrement, il a trouvé le courage de reprendre une activité professionnelle et d’intégrer le centre d’entretien de Herdern. «En fait, j’ai vite réalisé que je ne pourrais plus reprendre mon métier de chef de team.» Et d’ajouter d’un air pensif: «C’est difficile d’admettre que ça ne va plus.»

Début d’une galerie photos

C’est comme si on m’avait donné une seconde chance

Aujourd’hui, il travaille à 50% et ses nouvelles fonctions lui plaisent beaucoup. «Les CFF m’ont donné une seconde chance, et je leur en suis profondément reconnaissant.» Lorsqu’on approche de la soixantaine, il est difficile de retrouver un emploi, surtout après une longue maladie. «À mon sens, les CFF restent une entreprise formidable. En 38 ans, j’ai toujours reçu mon salaire en temps et en heure le 25 de chaque mois – où peut-on encore voir ça?»

Il prend plaisir à travailler au service de blanchisserie. Tous les jours, il effectue le trajet Schaffhouse–Zurich-Altstetten. «J’aime faire la navette et je suis content d’aller au travail. Ici, je suis autonome et je peux travailler au calme. Le chef me fait confiance et je ne suis désormais responsable plus que de moi-même et de mes produits», explique-t-il. «Mais le plus important, c’est que mon travail continue à profiter à notre clientèle. Je suis et je resterai cheminot dans l’âme», dit-il avec fierté. Il apprécie également le solide esprit d’équipe. «Je me sens vraiment bien. Il y a toujours quelque chose à faire et l’équipe est géniale.»

Début d’une galerie photos

«Nous avons le temps.»

Parmi les quelque 25 collaboratrices et collaborateurs que compte l’équipe, chacun a sa propre histoire. Thomas Käppeli, responsable de la blanchisserie, connaît chacun d’entre eux. Il tient à leur offrir un environnement de travail agréable. «Je dis toujours: ‘Nous avons le temps.’ Pour moi, il est important que les collaboratrices et collaborateurs se sentent moins stressés chez nous. Si quelqu’un a besoin d’une pause, rien ne l’empêche d’en faire une.» Mais Thomas Käppeli a tout de même certaines attentes envers son équipe. «Même chez nous, il est impossible d’échapper à l’informatique. Et les candidats ne maîtrisent pas tous cet outil.»

Début d’une galerie photos

Chaque année, près de 250 tonnes de textiles passent entre les mains des collaboratrices et collaborateurs du site d’Altstetten: appuie-têtes, vêtements de protection, serpillères, chiffons, draps des salles de repos, filtres à air des locomotives ou du tunnel de base du Saint-Gothard, etc. Mais leur domaine d’intervention ne se limite pas au nettoyage, les raccommodages rentrent également dans leurs attributions. Roland Klodel prend un morceau de tissu à côté de la machine à coudre pour nous le montrer. Il arbore plusieurs coutures en zigzag. C’est un échantillon que l’on utilise pour s’entraîner. Le travail du fil et de l’aguille ne lui est pas encore très familier. «Je suis en train d’apprendre.»

Pour le moment, il concentre ses efforts sur la lessive. «Le comble, c’est qu’à la maison, c’est ma femme qui s’occupe du linge», dit-il en souriant.

Début d’une galerie photos

À propos d’Anyway CFF

Anyway CFF emploie près de 120 collaboratrices et collaborateurs des CFF de plus de 50 ans, qui ne peuvent plus exercer leur métier pour des raisons de santé ou qui ont besoin d’une structure journalière durant leur réorientation professionnelle. Anyway CFF fournit des prestations aux CFF, à ses clientes et clients ainsi qu’à des entreprises externes dans les trois régions linguistiques:

  • Service de blanchisserie: vêtements de travail, matériel de nettoyage, oreillers destinés aux sièges de 1re classe, etc.

  • Management de relais: révision, stockage et transport.

  • Sellerie: confection de sacs pour agentes et agents de train, de soufflets pour locomotives, de supports pour radios, etc.

  • Travail artisanal: travaux de prémontage et d’usinage pour la maintenance des voies ferrées et du matériel roulant, recyclage des déchets électriques et électroniques, etc.

  • Tâches administratives: affectations temporaires au sein de services administratifs, travaux d’archivage, organisation et réalisation de tests visuels et auditifs, service de fourniture de matériel de bureau et de courrier au siège, etc.

  • Prise en charge des collaborateurs retraités.