Restaurants CFF: manger et boire dans le train malgré le coronavirus

Après une pause obligatoire, les restaurants CFF ont entièrement rouvert aux voyageurs en quête d’une boisson ou d’un repas. Quel est le programme des réjouissances? Le plan de protection pour la restauration ferroviaire? Et pourquoi a-t-il fallu 3 semaines pour tout préparer? Le point en 5 étapes.

Début d’une galerie photos

Priorité à la propreté pour voyager, manger et boire en toute sécurité.

Garder ses distances et se laver souvent les mains sont maintenant des gestes acquis. Mais comment respecter l’obligation de porter un masque dans les restaurants CFF? C’est très simple: le masque peut être retiré pour manger et boire. Le reste du temps, il reste obligatoire, même en faisant la queue pour les achats à emporter. Dans ce cas, il faut également respecter la distance de 1,5 m.

Et bien entendu, pour garantir aux voyageurs les meilleures conditions d’hygiène possibles, le personnel des Restaurants CFF porte masque et gants à usage unique. Il accueille la clientèle, puis lui indique où prendre place. Ce qui vaut dans les établissements classiques s’applique aussi aux restaurants «roulants»: les coordonnées des clients sont donc notées. Pour les groupes de cinq personnes et plus, une seule personne donne ses coordonnées.

Autres mesures d’hygiène:

  • une nappe propre (ou venant d’être désinfectée) est installée pour chaque nouvelle tablée;
  • la carte est désinfectée par les collaborateurs après chaque usage;
  • des lingettes désinfectantes sont mises à la disposition de la clientèle des Restaurants CFF.

Vous aimeriez manger à votre place? Aucun problème: c’est possible avec la vente à emporter ou le service à la place.

Pour ceux qui préfèrent rester à leur place, les restaurants CFF proposent aussi tous les mets et boissons à emporter. De plus, si vous combinez un en-cas et une boisson, vous pouvez faire des économies. Que diriez-vous d’un café et d’un croissant pour bien démarrer la journée?

Sur de nombreuses lignes IC et EC, tous les jours de 7h00 à 18h30, les clients de première classe bénéficient d’un service d’excellence et peuvent commander des boissons et des plats directement à leur place. Pour consommer en toute sécurité malgré la crise sanitaire, ils disposent d’une lingette pour se désinfecter les mains. Les collaboratrices et collaborateurs des CFF désinfectent aussi la table avant de servir.

La nouvelle carte des mets et des boissons.

Depuis cet été, deux nouveaux plats régalent les gourmands: le gaspacho et la salade de boulghour aux canneberges et à la menthe. Les CFF ont aussi conclu un partenariat avec des boulangeries régionales afin de privilégier les produits locaux et d’éviter le transport de marchandises sur de longues distances.

La carte est légèrement réduite par rapport à l’offre proposée auparavant. Mais pas d’inquiétude: les mets préférés des clients, comme la planchette apéritif et le risotto au vin blanc, seront disponibles. Certains plats à consommer rapidement, en revanche, ne seront pas proposés afin d’éviter autant que possible le gaspillage alimentaire. En effet, pour l’instant, les voyageurs sont moins nombreux dans les trains qu’avant le confinement. Résultat: moins de clients potentiels pour les Restaurants CFF et, partant, un plus grand risque de gaspillage alimentaire. D’ailleurs, quand les Restaurants CFF ont été contraints de fermer du jour au lendemain au mois de mars, Elvetino, une filiale des CFF, a fait don de quelque 2,8 tonnes de denrées alimentaires à diverses organisations telles que Table Suisse.

En outre, les contraintes de place empêchent les Restaurants CFF de transporter des stocks importants de nourriture et de boissons. Il est donc possible que tous les produits figurant sur la carte ne soient pas toujours disponibles. Si cela arrive, le personnel à bord des trains se fera un plaisir de proposer une alternative aux clients.

Un bar lounge dans le train

Qui a dit que les bars branchés se trouvent forcément dans les villes qui bougent? Aux CFF, les voyageurs profitent d’un bar dans le train entre Brigue et Romanshorn. Les clients y savourent de délicieux longs drinks, cocktails, vins et bières dans une ambiance décontractée, et le coronavirus n’y changera rien. En revanche, il est obligatoire de rester assis en raison de la pandémie.

  • Vous trouverez les lieux et dates de circulation du Train Bar ici.

Rouvrir plus d’une centaine de restaurants roulants: tout un art.

Plus d’une centaine de Restaurants CFF ont dû se préparer à reprendre leur activité. Or, contrairement aux établissements conventionnels «statiques», ils parcourent toute la Suisse et doivent donc être approvisionnés et préparés en marche, pour ainsi dire. Fournir la quantité appropriée au bon moment, au bon endroit et dans la qualité voulue est donc plus difficile encore.

Avec le confinement et la suspension des offres de restauration à bord des trains, toutes les voitures-restaurants des CFF ont été vidées de leurs produits alimentaires. Après presque trois mois de congés forcés, elles ont fait l’objet d’un nettoyage approfondi. Il a ensuite fallu préparer à nouveau les «offices» (ou cuisines) et, bien évidemment, les approvisionner en produits de toutes sortes, des croissants aux bouteilles de bière.

Quiz: En moyenne, combien de kilos de nourriture et de boissons transporte un Restaurant CFF?
Quiz: En moyenne, combien de litres de bière transporte un Restaurant CFF?
Quiz: En moyenne, combien de lots de couverts transporte un Restaurant CFF?