La reprise d’une activité professionnelle en vaut la peine

Les talents sont un gage de succès, mais ils sont rares. Également parce qu’ils sont nombreux à interrompre leur carrière. Les CFF ont donc lancé une initiative visant à encourager la reprise d’une activité professionnelle et à dissiper les préjugés.

Début d’une galerie photos

De nombreux membres du personnel aimeraient poursuivre leur développement professionnel après une pause pour des raisons familiales, à condition de pouvoir concilier correctement travail et vie privée. Cependant, l’acceptation des formes de travail flexibles est encore faible et les personnes qui reprennent une activité professionnelle sont souvent confrontées à des préjugés. La tolérance envers les nouveaux modèles augmente toutefois avec chaque personne qui en bénéficie. C’est pourquoi les CFF lancent une initiative pour la reprise d’une activité professionnelle. Elle a chargé l’ETH Zurich de mener une étude pour dissiper les préjugés et, à partir des recommandations de l’auteur de l’étude, en tirer des offres concrètes pour les personnes désireuses de reprendre une activité professionnelle.

La langue des sous-titres peut être modifiée via le bouton CC de la vidéo.

Une pause familiale est une qualification et non un handicap.

L’étude montre que les mères et les pères ont des qualités précieuses, et qu’ils ont souvent une bonne formation. «Si nous voulons attirer ces talents aux CFF, nous devons repenser notre approche», déclare Corinne Kuhn, responsable Employer Branding aux CFF. «Un congé de maternité ou de paternité plus long ou un voyage d’une certaine durée peut être comparé à une formation complémentaire. Nous devons reconnaître, apprécier et utiliser ces compétences», estime-t-elle. «La valeur économique des personnes qui reprennent une activité professionnelle reste souvent inutilisée aujourd’hui. Si une entreprise soutient ces personnes, cela augmente leur loyauté envers l’employeur.» Pour que celles et ceux qui reprennent une activité professionnelle soient le plus rapidement possible au même niveau que leurs collègues, les CFF proposent désormais des programmes spéciaux, par exemple en informatique avec des cours de mise à niveau en programmation. «En général, pour ceux qui reviennent au travail, le retour dans le monde du travail est souvent plus difficile que la compatibilité entre la famille et la carrière», explique Corinne Kuhn.

La langue des sous-titres peut être modifiée via le bouton CC de la vidéo.

L’équilibre entre vie familiale et vie professionnelle est possible si l’on repense les modèles anciens

L’étude de l’ETH montre clairement que la famille et la carrière peuvent être combinées, même avec des responsabilités de cadres ou de spécialistes. Quelles sont les conditions? L’employeur doit vouloir proposer des modèles flexibles, les rendre possibles et les promouvoir. Il est également important d’être bien organisé, tant au travail qu’à la maison. Pour les mères et les pères, l’équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle est souvent un défi, mais ces personnes ont aussi un grand talent d’organisation et utilisent leur temps de manière très ciblée.

Les formations et les activités professionnelles impliquent des structures, mais la flexibilité et de nouvelles formes d’activité sont déjà souvent possibles aujourd’hui. Une rupture avec les anciens modèles est nécessaire déjà au moment de la formation. En effet: «À quoi servent les offres de travail à temps partiel si elles nécessitent une formation ou un perfectionnement qui n’est possible qu’à temps plein?», interroge Corinne Kuhn. C’est pourquoi les CFF proposent désormais une formation à temps partiel pour devenir assistante ou assistant clientèle.

Début d’une galerie photos

Les enfants dessinent leurs parents au travail

Les sujets (voir la galerie de photos) ont été créés dans un atelier de peinture organisé en mars 2020 au Aargauer Kunsthaus. Les enfants de collaboratrices et de collaborateurs CFF y ont dessiné leurs parents au travail.

Favoriser la reprise d’une activité professionnelle et réduire les coûts

Comme d’autres entreprises, les CFF doivent créer des conditions-cadres qui facilitent la reprise d’une activité professionnelle. Cela exige des offres encore mieux adaptées aux besoins des familles modernes, avec des modèles de temps de travail flexibles, des cadres exemplaires et inspirants et diverses offres de soutien. «La diversification des équipes qui en résulte permet une meilleure inspiration et favorise le développement de nouvelles idées, précisément parce que les personnes apportent avec elles des compétences différentes, tant sur le plan professionnel que familial», explique Stephanie Escher, responsable Culture and Leadership aux CFF. En outre, le soutien apporté aux collaboratrices et collaborateurs lors de leur retour dans la vie professionnelle permet de garantir la qualité de leur travail et de leur savoir-faire, d’accroître la fidélité, de maintenir un faible taux de rotation du personnel et de contribuer largement à une culture d’entreprise inclusive. Ce sont autant de facteurs qui ont un effet positif sur le positionnement des employeurs. C’est pourquoi les CFF – l’une des rares entreprises en Suisse dans ce cas – offrent des services individualisés et fondés sur le contenu pour les personnes qui reprennent une activité professionnelle.

La langue des sous-titres peut être modifiée via le bouton CC de la vidéo.