«Ensemble, nous progressons»

Les CFF emploient 15 000 personnes de moins de 30 ans ou de plus de 50 ans. Piraveen Rajah et Rolf Steiger en font partie. Ces deux techniciens de maintenance évoquent les avantages de la collaboration entre générations.

Début d’une galerie photos

Piraveen Rajah et Rolf Steiger sont actifs dans la maintenance des nouveaux trains duplex pour le trafic grandes lignes. Leur lieu de travail est le centre d’entretien CFF de Herdern à Zurich. Cela fait maintenant trois ans que ce tandem travaille au sein de la même équipe, qui compte onze personnes. Pivi, comme l’appellent ses collègues, a 29 ans; Rolf, à 56 ans, a environ une génération de plus. Tous deux se connaissent bien, comme la conversation va le montrer. Ils s’installent en toute décontraction à la table d’une salle de réunion dont la fenêtre vous offre une vue sur le niveau supérieur d’un train duplex soulevé pour l’entretien.

Plus de points communs que prévu

Pivi et Rolf parlent ouvertement et franchement l’un de l’autre. «Rolf peut facilement élever la voix si quelque chose ne lui convient pas», répond Pivi à la question de savoir ce qu’il a remarqué en premier lieu chez son collègue. Rolf réagit avec un sourire. Et une justification. «Ce n’est pas bien de s’énerver. Mais lorsque vous savez pourquoi, cela devient plus compréhensible. Par exemple, je ne supporte pas que quelqu’un soit négligent avec les outils ou ne les nettoie pas après usage.» Rolf décrit son jeune collègue comme quelqu’un de calme et de réservé. C’est bon pour l’équilibre de l’équipe. «Il est pratiquement mon opposé», dit Rolf.

Après une courte discussion, il devient évident que les deux, aussi différents que soient leurs caractères, ont plus en commun qu’on ne pourrait le penser à première vue. Pivi et Rolf partagent la même attitude au travail. Tous deux privilégient le soin, l’engagement, l’esprit d’équipe et la fierté de contribuer à l’aptitude à circuler du train duplex.

Connaissances numériques vs compétences analogiques

Les différences entre Pivi et Rolf se révèlent principalement dans la façon dont ils utilisent les outils et les instruments. Rolf admet volontiers que Pivi est plus expérimenté avec l’ordinateur portable. «Il m’aide quand je ne peux pas faire fonctionner un programme. Et même si je lui demande une deuxième ou une troisième fois, il me soutient sans s’énerver.» Pivi, en revanche, atteint les limites de son savoir-faire, lorsque, après avoir lu un manuel d’utilisation, il n’a pas pu corriger une erreur technique. C’est là que les compétences manuelles et le sens de l’improvisation de Rolf entrent en jeu. Dans de tels cas, Pivi est épaté par son collègue expérimenté: «Rolf trouve toujours une solution pour résoudre un problème.»

Début d’une galerie photos

La numérisation a transformé la profession de Pivi et Rolf, et continuera à le faire. Néanmoins, il est clair pour les deux techniciens de maintenance que leur travail exige également des compétences analogues et des qualités humaines. «Si je ne peux pas interpréter les relevés d’un système de climatisation sur l’ordinateur, je suis incapable de classer correctement l’état de l’appareil», explique Rolf. Et Pivi ajoute: «J’ai besoin de comprendre comment fonctionne le climatiseur. Avec les seules valeurs mesurées, je ne peux pas décider si nous devons remplacer certains composants immédiatement ou si nous pouvons attendre jusqu’au prochain contrôle technique.»

Secouer la tête, tout au plus

Soyons francs: leur collaboration se déroule-t-elle toujours sans heurts, n’y a-t-il vraiment jamais de frictions? Les deux se regardent d’un air interrogateur. Rolf est le premier à rompre le silence: «Je gronde Pivi quand il travaille trop longtemps et je lui dis de rentrer chez lui.» Pivi réplique: «Il arrive parfois que je secoue la tête quand Rolf s’attaque à une tâche un peu maladroitement». Puis ils rient, tous les deux.

Ils n’ont rien à ajouter à ce sujet. Ils accordent énormément d’importance à la collaboration et à la possibilité de bénéficier des connaissances et de l’expérience de chacun. «Lorsque les aînés et les jeunes apportent leurs forces et travaillent ensemble, cela profite aux personnes, aux générations et, en fin de compte, aux CFF aussi», conclut Rolf. Et après une courte pause, en considérant le train duplex qui se trouve derrière la fenêtre, il ajoute: «Ensemble, nous progressons.» Une phrase à laquelle Pivi n’a qu’un clin d’œil à ajouter.

Découvrez l'engagement des CFF envers ses employés et profitez-en directement. Les CFF proposent plus de 150 professions différentes : www.cff.ch/jobs