Bilan de la grande conférence des cadres 2021

Cette année encore, la conférence des cadres virtuelle a été dominée par le coronavirus. Une année unique a été passée en revue et de nouveaux défis ont été envisagés.

Début d’une galerie photos

En raison de la pandémie, la grande conférence des cadres 2021 s’est à nouveau tenue sous forme numérique. Ceux qui n’ont pas pu suivre l’événement en direct peuvent visionner l’enregistrement ici.

Début d’une galerie photos

Une année unique: Vincent Ducrot fait le point

Pour les CFF, 2020 a été un tour de force: mise en place de trois changements d’horaire, achèvement réussi de grands projets tels que le tunnel de base du Ceneri, introduction du masque obligatoire dans les transports publics, élaboration de plans de protection, baisse drastique de la demande et donc pertes financières importantes. Vincent Ducrot fait le point:

  • Après un bon départ en 2020, la demande a chuté d’environ 80% au printemps.

  • Avec environ 13 000 collaboratrices et collaborateurs en télétravail, le manque de contacts sociaux et les nouveaux défis organisationnels ont rendu la situation difficile.

  • Les CFF accusent une perte financière d’environ 600 millions de francs. Les CFF communiqueront des chiffres exacts lors de la conférence de presse de bilan du 15 mars 2021. Une chose est sûre: les économies et le renforcement de l’efficacité sont à l’ordre du jour.

Vincent Ducrot se réjouit aussi des choses positives:

  • L’objectif de ponctualité a été dépassé de 2,1% en 2020. «La crise du coronavirus y a contribué, mais c’est aussi grâce à une bonne coopération entre les divisions que nous y sommes parvenus.»
  • La satisfaction de la clientèle et l’image évoluent aussi de manière très positive.
  • Même conclusion pour la motivation du personnel et la sécurité. «Je tiens à ce que le personnel soit motivé. Des collaboratrices et collaborateurs motivés ont un bon impact sur notre clientèle.»

Selon Vincent Ducrot, ces résultats positifs sont dus à toutes les collaboratrices et à tous les collaborateurs, ainsi qu’à leur engagement hors du commun.

Début d’une galerie photos

Rétrospective 2020: conclusion de Monika Ribar

De l’avis de la Présidente du Conseil d’administration également, l’année dernière a été marquée par la pandémie. Elle exprime ses remerciements à tous les membres du personnel: «Nos collaboratrices et collaborateurs ont fait un travail admirable dans cette situation. Tout le monde s’est mobilisé.» Outre la pandémie, le Conseil d’administration a traité d’autres questions essentielles telles que le changement de CEO, la concentration accrue sur l’activité principale et la réorganisation de la division Voyageurs. Pour Monika Ribar, le changement de CEO a été l’une des décisions les plus importantes qu’elle ait prises dans sa carrière de Présidente du Conseil d’administration.

«La situation a été exceptionnelle, et elle l’est toujours.»
Monika Ribar

Comment les membres du personnel CFF ont-ils vécu l’année 2020? Quelques réponses en vidéo.

Les participantes et participants à la conférence des cadres virtuelle ont évalué la question «Comment les CFF ont-ils géré la crise du coronavirus jusqu’à présent?» le plus souvent de façon positive: environ 30% des sondés ont donné la note «Parfaitement, bravo!», tandis qu’environ 60% ont estimé que la gestion de la crise était «À vrai dire, très bien». Seules 5% des personnes interrogées ont répondu «Plutôt moyennement» et moins de 1% ont attribué la mention «Mal, désolé». Environ 2000 personnes ont voté.

Questions et réponses

Les participants ont pu poser des questions sur le mur de conversation. Certaines ont été traitées durant la diffusion en direct, d’autres directement sur le mur. Tu peux lire les questions et réponses sur le mur de conversation.

Maîtriser le rail: Peter Kummer et Toni Häne prennent position

Heidrun Buttler, responsable Sécurité et qualité de la production, discute de «Maîtriser le rail» avec Toni Häne, responsable Voyageurs, et Peter Kummer, responsable Infrastructure, sur la base d’une hypothèse provocatrice: sans chantiers de construction et avec un matériel roulant fiable, l’exploitation ferroviaire se déroulerait sans problème. Peter Kummer clarifie: «Les CFF ne construisent pas pour le plaisir. Le réseau ferroviaire doit être stable et fiable pour les clientes et clients d’aujourd’hui et de demain. Pour ce faire, il faut des travaux de renouvellement et d’entretien.» Et Toni Häne précise: «Le matériel roulant n’est pas tout. Il faut aussi assez de personnel. Heureusement, nous voyons la lumière au bout du tunnel dans ce domaine.» Tous trois sont unanimes: ce n’est qu’ensemble et avec une bonne collaboration qu’un chemin de fer fort est possible.

«CFF Cargo doit être au cœur de l’économie. Ça ne marchera pas sans flexibilité.»
Désirée Baer

La crise du coronavirus a également mis CFF Cargo sens dessus dessous, mettant un aspect en évidence: CFF Cargo est l’épine dorsale de l’approvisionnement national. En 2021, CFF Cargo se concentrera sur l’équilibre entre l’efficacité économique et la politique de transfert modal. L’espoir se dessine du côté de SBB Cargo International: cette dernière a renoncé aux aides COVID-19 et a terminé l’année 2020 avec un résultat positif.

Pas d’exploitation ferroviaire sans numérisation

Selon Jochen Decker, responsable Informatique, la numérisation et la maîtrise du rail ne sont pas contradictoires. «Nous avons besoin du numérique. Sans lui, rien ne va aux centres d’exploitation.» Urs Wälchli, responsable Développement de l’entreprise, ajoute: «Nous devons nous concentrer sur les innovations utiles pour la clientèle.» Pour lui, les CFF sont déjà une entreprise très innovante; il est important de s’appuyer sur cette base et de ne pas toujours tout réinventer. «Nous ne devons pas non plus toujours être les premiers, mais plutôt prendre le temps d’observer.»

Début d’une galerie photos

La situation financière des CFF est grave

Christoph Hammer, Chief Financial Officer, présente la gravité de la situation financière: «La baisse de nos recettes entraîne des pertes importantes. Cela portera l’endettement des CFF à environ 10,4 milliards de francs suisses.» Il relève encore: «Nous avons toujours maintenu l’exploitation ferroviaire et démontré que nous sommes l’épine dorsale des transports publics suisses.» La situation est également grave pour Alexander Muhm, responsable Immobilier. «Dans le pire des cas, un assainissement sera inévitable.» Il convient de mettre un frein à cette spirale financière descendante: «Économiser, suspendre des projets, renoncer à d’autres, renforcer notre efficacité.»

«C’est l’expérience de la clientèle qui compte.»
Markus Jordi

Inspirer la clientèle avec un sentiment d’appartenance

Pour Markus Jordi, responsable Human Resources, une chose est claire: le sentiment d’appartenance est important. «Les clientes et clients le ressentent lorsque nous travaillons main dans la main en tant que membres du personnel CFF et transmettons de la bonne humeur au monde extérieur.» Ils ne s’intéressent pas à savoir quel service est responsable de quoi. «C’est leur point de vue et leur expérience qui comptent.» Sandra Eckerstorfer, responsable Culture et leadership par intérim, a quelques idées pour une meilleure collaboration: «Se motiver et s’inspirer les uns les autres, développer des solutions ensemble au lieu de chercher des coupables.» Lorsqu’on lui demande si les nombreuses réorganisations ne nuisent pas au sentiment d’appartenance, Markus Jordi fait son autocritique: «Nous nous sommes trop réorganisés, et trop vite, dans le passé. Nous en avons payé le prix.» Objectif: les réorganisations ne doivent être réalisées que si elles apportent des avantages importants aux clientes et clients.

Perspectives: quel est notre but?

Pour Monika Ribar, il est clair que 2021 et les années suivantes représenteront à nouveau un défi majeur. «Nous devons continuer à faire de grands efforts et à travailler ensemble pour atteindre les mêmes objectifs. Il est très important que nous nous écoutions bien et que nous soyons courageux», déclare Monika Ribar. Elle souligne que «Ensemble pour les CFF» restera un thème central pour le Conseil d’administration dans les années à venir.

Vincent Ducrot a également des attentes claires: «Rester cool et aborder les problèmes avec calme et réflexion. Penser de manière globale, faire preuve de courage, prendre l’initiative et assurer une collaboration de qualité. Et bien sûr: économiser, économiser, économiser.» Voilà la conclusion de Vincent:

«Je suis fier de chacune et chacun d’entre vous et me réjouis d’affronter 2021 avec vous.»
Vincent Ducrot