Mesures d’économie: la participation du personnel s’impose

Confédération et cantons exigent des économies. Les CFF doivent examiner leurs coûts, mais entendent préserver salaires et emplois. Pour les déductions salariales, ils demeurent plus généreux que d’autres. Les discussions et les négociations ont débuté le 29 avril avec les partenaires sociaux.

Temps de lecture: 3 minutes

Les CFF mettent cette information interne également à disposition des médias, puisque les partenaires sociaux ont publié un communiqué à ce sujet.

La situation financière des CFF reste extrêmement tendue. Comme annoncé, les CFF réaliseront des économies de quelque six milliards de francs afin de garantir leur financement jusqu’en 2030. À la demande de la Confédération, les CFF devront en outre réaliser d’autres réductions de coûts ou optimisations de revenus à hauteur de 80 millions de francs par an à partir de 2024. Les cantons exigent également une baisse des coûts en trafic régional: ils ne sont plus prêts à supporter les coûts actuels.

Les CFF doivent donc revoir l’ensemble de leurs postes de coûts. Or, 44% de ces coûts sont imputables aux salaires et aux contributions aux assurances sociales. «Nous devons donc examiner où nous pouvons réduire les coûts», déclare Vincent Ducrot, CEO des CFF. Il s’agit selon lui d’une nécessité, compte tenu des milliards de francs de soutien versés par la Confédération. Le CEO des CFF n’entend toutefois pas réduire les salaires ou supprimer des postes productifs. Bien au contraire, des embauches supplémentaires sont prévues dans ce domaine.

Agir au niveau des déductions salariales pour lesquelles la participation des CFF est supérieure à la moyenne

«Par contre, la participation des CFF est aujourd’hui supérieure à la moyenne pour certaines déductions salariales par rapport à d’autres entreprises de transport et aussi, de manière générale, par rapport à d’autres entreprises», précise Markus Jordi, responsable Human Resources. Ce point sera abordé lors des discussions et des négociations avec les partenaires sociaux qui débutent ce vendredi.

Les CFF prévoient deux mesures au niveau des déductions salariales, qui n’auront aucun impact sur les prestations: l’augmentation de la déduction pour les coûts liés aux absences pour cause de maladie, qui est négociée avec les partenaires sociaux, ainsi que l’augmentation de la cotisation risque demandée auprès du conseil de fondation de la Caisse de pensions CFF. Les CFF peuvent décider de leur propre chef de supprimer d’autres prestations en cas d’invalidité professionnelle; ils doivent toutefois en informer les partenaires sociaux.

Les ajustements entreront en vigueur en 2023. L’ensemble des collaboratrices et collaborateurs participeront dans la même proportion en fonction de leur salaire. Enfin, les mesures prévues contribueront à la sécurité des emplois aux CFF.

Markus Jordi précise: «Même si nous parlons maintenant des déductions salariales et prévoyons des mesures qui auront un impact sur le portemonnaie, nous restons un employeur très attrayant!» Les CFF continueront notamment de supporter une grande partie des coûts dans certains domaines, notamment pour les modèles d’avenir Valida et Priora. Ces derniers permettent aux collaboratrices et collaborateurs occupant des fonctions particulièrement éprouvantes de réduire progressivement leur taux d’activité ou de partir à la retraite de manière anticipée.

Outre les mesures d’économies, les négociations menées avec les partenaires sociaux porteront également sur les moyens alloués pour les mesures salariales 2023. Nous informons régulièrement sur l’état de la situation sur CFF News.

Source: SBB CFF FFS

  • La langue des sous-titres peut être modifiée via le bouton CC de la vidéo.