Utiliser les trains hors des heures de pointe? On en parle à la radio.

En partenariat avec deux radios de l’Arc lémanique, les CFF veulent encourager les pendulaires à davantage utiliser les trains aux heures creuses. Une démarche qui fait son chemin.

Il n’est pas facile de changer une vieille habitude. Mais le jeu en vaut la chandelle. Ceux qui font régulièrement la navette en dehors des heures de pointe le savent très bien. Qu’il est agréable de voyager dans des trains qui ne sont pas bondés ! Outre le confort que cela apporte aux voyageurs, les avantages d’une meilleure utilisation des infrastructures existantes se traduisent également en termes écologiques et économiques: mieux répartir la demande ralentira le besoin de construire de nouvelles infrastructures et aura donc un impact direct sur le prix des billets et des abonnements, en ralentissant la hausse tarifaire. Ce qui est vrai pour le rail, l’est évidemment aussi pour la route.


Les CFF s’engagent depuis 2012 pour les formes de travail flexibles et cherchent des collaborations directement avec les pendulaires mais également en travaillant étroitement avec les entreprises, les hautes écoles/universités et les administrations cantonales et municipales. Les CFF sont co-fondateurs de la Work Smart Initiative, créée en 2015 : cette association, regroupant 170 employeurs suisses, encourage les formes de travail flexibles pour favoriser une meilleure compatibilité entre vie professionnelle et vie privé et une meilleure utilisation des places de travail, des moyens de transport et des consommations d’énergie.

« Etre davantage autonome dans la gestion de son temps de travail pour éviter les heures de pointe est une idée complètement nouvelle pour beaucoup de personnes », rappelle Marianne Schild, responsable du programme d’optimisation des flux pendulaires aux CFF. Confrontés soudain à cette possibilité, les pendulaires pensent d’emblée qu’éviter les heures de pointes n’est pas une option envisageable pour eux. La raison qui est souvent mentionnée est la contrainte que représentent les horaires des crèches et des écoles. « Dans notre vie quotidienne, nous avons toutes et tous plusieurs rôles et responsabilités différents. Ce qui semble compliqué d’un côté nous oblige à chercher de l’autre les meilleures solutions pour concilier l’ensemble.»

Trouver de meilleures solutions, dégager des pistes nouvelles pour davantage de flexibilité dans sa mobilité et éviter les trajets aux heures de pointe, c’est ce dont débattront les experts en mobilité invités sur les chaînes romandes LFM et OneFM. « C’est précisément entre Lausanne et Genève que nous avons le plus de problèmes de capacité aux heures de pointe. L’innovation est nécessaire de la part de l’ensemble des acteurs, souligne Marianne Schild. Optimiser les flux pendulaires est une mesure complémentaire aux travaux d’infrastructures nécessaires pour répondre au besoin croissant de mobilité dans cette région qui vit un dynamisme très important. La smart mobility doit devenir partie intégrale de de la politique de mobilité en Suisse.»

Rendez-vous du 19 au 23 novembre à 13h10 sur LFM. Jérôme Vonmoos et Nicolas Cramatte, experts de la question aux CFF répondront aux questions posées par les auditrices et auditeurs.

Le 30 novembre, une « journée de la mobilité » aura lieu sur OneFM avec des interventions des CFF et des partenaires engagés dans Work Smart, tels que la Vaudoise Assurance ou les Services industriels de Genève (SIG).

 

Plus d’info : www.cff.ch/pendulaires