Liverpool en train et en musique

Combien de changements de train, depuis la Suisse, pour aller à Liverpool ? Deux seulement: j’achète un « Ticket to ride » et en route pour une promenade ferroviaire et musicale dans la ville des Beatles.

Liverpool, une ville portuaire et industrielle
Liverpool, une ville portuaire et industrielle

Comment s’y rendre en transports publics

Le train jusqu’à Liverpool ? Et pourquoi pas ! En partant de Suisse avec le premier TGV du matin, avec un changement de gare à Paris pour prendre l’Eurostar et une correspondance à Londres, on peut être dans la ville des Beatles à 16 h 30 déjà ! De Londres à Liverpool, ce sont des trains confortables et rapides de type Pendolino de Virgin Trains qui assurent le trajet. A Londres, on peut prendre un peu plus de marge pour faire une halte à la British Library, qui se situe sur le trajet à pied entre la gare St-Pancras et la gare d’Euston, et visiter l’exposition des manuscrits : on y admirera, côtoyant la Magna Carta ou des originaux de Jane Austeen, le manuscrit original de la chanson «Yesterday» des Beatles.

Le trajet Londres-Liverpool est assuré par des trains confortables de type Pendolino. Ici à l’arrivée à Liverpool.
Impossible de les rater (1): Les Beatles en vitrine du grand magasin de disques HM
Impossible de les rater (2) : Le football avec le magasin du Liverpool FC
Impossible de les rater (3) : La statue des Beatles au centre de la ville

Le trajet Londres-Liverpool est assuré par des trains confortables de type Pendolino. Ici à l’arrivée à Liverpool.

Impossible de les rater (1): Les Beatles en vitrine du grand magasin de disques HM

Impossible de les rater (2) : Le football avec le magasin du Liverpool FC

Impossible de les rater (3) : La statue des Beatles au centre de la ville

Pourquoi y aller?

Pour le foot, pour la musique, et aussi pour voir comment une ancienne ville portuaire et industrielle à la mauvaise réputation est devenue un cité dynamique et touristique.

Le foot ? Deux équipes rivales : les Bleus (Everton) et les Rouges (Liverpool FC). Toutes deux ont leurs fans, leurs magasins d’articles spécialisés au centre-ville, et leurs supporters. La difficulté principale : trouver une place pour un match. On peut se consoler en allant visiter le stade de football  en dehors des matchs, ou suivre une partie dans un pub. Ambiance assurée. Il est conseillé d’apprendre les paroles de « You’ll never walk alone », l’hymne du Liverpool FC, avant d’entrer dans le stade ou le pub…

La musique ? Liverpool, c’est la ville de Beatles. C’est là-bas que tout a commencé pour les « Fab Four » : dans une salle de spectacle nommée « The Cavern », située au sous-sol d’un bâtiment commercial,  dans une petite rue proche du centre, Matthew Street.   La salle original a été démolie en 1973, mais une réplique a été reconstruite en 1982, juste en face. Depuis, la salle programme très régulièrement des groupes jouant la musique du célèbre quatuor. Depuis quelques années, la ville de Liverpool utilise pleinement la notoriété des Beatles pour sa promotion touristique : nombreuses statues disséminées dans toute la cité, tours de ville spécialisés, avec visite des maisons natales des membres du groupe. Point d’orgue : la « Beatleweek », un événement qui réunit chaque année, fin août, des fans et des musiciens du monde entier pour cinq jours de musique pratiquement non stop sur une dizaine de scènes de la ville. L’an dernier, on pouvait écouter de la musique des Beatles jouée par des groupes anglais, suisses, mexicains ou encore… japonais.

Devant l’ancienne entrée de la mythique « Cavern » : statue de John Lennon
L’entrée du «temple» Beatles de Liverpool : «The Cavern»
Dans la « Cavern » durant la Beatleweek : « Twist and shout »!

Devant l’ancienne entrée de la mythique « Cavern » : statue de John Lennon

L’entrée du «temple» Beatles de Liverpool : «The Cavern»

Dans la « Cavern » durant la Beatleweek : « Twist and shout »!

Que ne faut-il surtout pas manquer?

La visite de la Beatles Story : un musée très complet, situé dans l’ancien quartier des docks, devenu quartier de musées, qui relate l’histoire des Beatles depuis leurs débuts jusqu’à leurs plus grands succès. Le visiteur pénétrera dans une réplique de la célèbre « Cavern », puis dans un sous marin jaune, en suivant les commentaires de l’audioguide prodigués, en français, par la demi-sœur de John Lennon, Julia Baird, qui fut prof de français, et qui joue encore aujourd’hui un rôle important dans les activités touristiques autour des Beatles à Liverpool.

Le très récent Museum of Liverpool, ouvert en 2011 dans un bâtiment très moderne au bord de la rivière Mersey. Il retrace l’histoire de la cité industrielle et portuaire dans une muséographie moderne et attractive.  On y découvrira l’existence, au début du siècle, d’un chemin de fer aérien longeant les docks, et aujourd’hui disparu.

Pour les amateurs d’art, la Tate Gallery a ouvert il y a quelques années dans le quartier rénové des docks une annexe à Liverpool, qui organise de fréquentes expositions d’art contemporain.

Musée « Beatles Story » (1): dans l’univers du fameux groupe
Musée « Beatles Story » (2) : passage par le sous-marin jaune
Ils sont partout (1) : magasin pour fans
Ils sont partout (2) : A l’intérieur de l’hôtel «Hard’ Day’s Night»

Musée « Beatles Story » (1): dans l’univers du fameux groupe

Musée « Beatles Story » (2) : passage par le sous-marin jaune

Ils sont partout (1) : magasin pour fans

Ils sont partout (2) : A l’intérieur de l’hôtel «Hard’ Day’s Night»

Où dormir? Où manger?

Pour dormir, les fans des Beatles choisiront le Hard Days Night Hotel, un quatre étoiles situé à deux pas de la « Cavern », et entièrement dédié au Beatles : Statues sur la façade, photos dans les chambres, et même musique des Beatles le matin au petit-déjeuner…

L’Adelphi Hotel, ancien palace au charme désuet du début du siècle, est intéressant durant la « Beatleweek ». Il dispose de plusieurs bars et salles de réunions qui sont transformées en scènes de musique. Sinon, l’hôtel, qui fut fréquenté par la clientèle aisée des transatlantiques, a vu s’y arrêter Franklin Roosvelt, Laurel et Hardy, ou encore Bob Dylan…

Plus simple, moins cher et très bien placé, à proximité de la gare, l’hôtel The Liner offre des chambres familiales avec un bon rapport qualité-prix
 

Pour manger, l’embarras du choix, comme dans toutes les grandes villes. Les pubs ont toujours une offre de repas correcte et à bon prix. Le « Pump House », situé dans un bâtiment abritant autrefois un système de pompe hydraulique à vapeur, dispose d’une agréable terrasse au bord des anciens docks, et proche des musées.

Le restaurant liverpuldien de la chaîne « Jamie’s Italian » propose une excellente cuisine italienne, revisitée par le célèbre chef Jamie Oliver. Leurs entrées de viande froide italienne et leurs pâtes à la saucisse sont excellentes .

Autre bon restaurant italien : « Il Forno », cuisine italienne de qualité.

Au bord de la Mersey : un mélange d’histoire et de modernité
Le quartier des anciens docks, devenu lieu de culture
«The Pump House» : un ancien bâtiment industriel devenu pub
Le Musée de Liverpool : souvenirs ferroviaires
Nous sommes en Angleterre, et parfois il peut pleuvoir…
Mais que peut-on observer depuis ces lunettes d’approche ?

Au bord de la Mersey : un mélange d’histoire et de modernité

Le quartier des anciens docks, devenu lieu de culture

«The Pump House» : un ancien bâtiment industriel devenu pub

Le Musée de Liverpool : souvenirs ferroviaires

Nous sommes en Angleterre, et parfois il peut pleuvoir…

Mais que peut-on observer depuis ces lunettes d’approche ?

Le bon tuyau

Persévérez ! Vous aurez l’impression, lors des premières heures passées dans la ville, que vous ne savez plus l’anglais… Ce n’est pas tout à fait ça : simplement l’accent de Liverpool le « scouse », risque de vous désorienter quelque peu. Il faut parfois faire répéter plusieurs fois la même phrase à son interlocuteur ; mais rassurez-vous : lorsque vous commanderez un bière locale au serveur du pub, lui vous comprendra très bien :

Bref portrait de l’auteur

Porte-parole des CFF, j’aime consacrer une partie de mes loisirs aux voyages en train et en famille. Bien sûr, Easyjet est (parfois) moins cher, mais entre une petit bout de hublot sans visibilité, et l’écran panoramique de la fenêtre du train, mon choix est vite fait !

Évasion

Prendre le large? Oui, mais où? Dans cette rubrique, vous trouverez régulièrement des idées d’excursions journalières, de voyages intervilles, de vacances, de randonnées ou encore de promenades à vélo.