Les CFF font opposition à une décision sur la réduction de l’horaire d

Ayant sollicité au mois d’avril une réduction de l’horaire de travail pour certains secteurs, les CFF ont reçu, en juin 2020, une décision négative des autorités cantonales du marché du travail et font opposition à cette décision.

Début d’une galerie photos

En raison de la crise liée au coronavirus, les CFF font face à de graves difficultés financières. Comme toute entreprise de service public, les CFF ont maintenu leur offre de base pendant la période de confinement, tout en enregistrant une chute des recettes. Fin avril, les CFF ont lancé plusieurs mesures immédiates afin de réduire en continu les coûts internes, à savoir le gel des embauches dans les secteurs administratifs et l’utilisation des avoirs sur les comptes de temps. En outre, les CFF ont sollicité, début avril 2020, une réduction de l’horaire de travail pour les secteurs de CFF Voyageurs et CFF Infrastructure, afin de compenser une perte de travail d’au-moins 10% en raison de la crise liée au coronavirus.

Les autorités compétentes ont rejeté la demande des CFF, qui font opposition à cette décision. Du point de vue des CFF, des précisions juridiques sont nécessaires pour déterminer si leur demande ne doit pas effectivement être approuvée pour leurs propres activités économiques. En effet, les CFF et leur personnel ont versé près de 1 milliard de francs de cotisations à l’assurance-chômage dans les 20 dernières années.

Dans les secteurs donnant droit à des indemnités compensatoires, les CFF, comme de nombreuses entreprises de transports publics, recevra le soutien de la Confédération; la procédure de consultation est en cours. Dans leurs secteurs du trafic grandes lignes et de l’immobilier, les CFF sont tenus de couvrir eux-mêmes le manque à gagner, alors qu’ils ont appliqué de vastes mesures de souplesse commerciale. En trafic voyageurs, les entreprises de transports publics ont dédommagé les clientes et clients titulaires d’un abonnement en versant près de 100 millions de francs. Quant au secteur de l’immobilier, les CFF soutiennent leurs locataires commerciaux en proposant des réductions de loyer qui représentent environ 30 millions de francs.