«Cette décision me fait énormément de peine»

La situation financière des CFF est très tendue à cause de la crise du coronavirus. Pour la stabiliser, les CFF devront réduire leurs investissements immobiliers de 700 millions de francs d’ici à 2025. Alexander Muhm, responsable CFF Immobilier, explique dans une interview ce que cela signifie.

Début d’une galerie photos

Alexander Muhm

Alexander, les CFF devront renoncer à des investissements de 700 millions de francs dans l’immobilier au cours des cinq prochaines années, dans le secteur de l’immobilier. Cette coupe importante signifie-t-elle un changement de cap dans notre stratégie immobilière? 

Le coronavirus a mis les CFF dans une situation financière très difficile. Dans le secteur immobilier, qui ne donne droit à aucune indemnisation et où les CFF doivent supporter eux-mêmes le manque à gagner, une révision des priorités est inévitable. Ce n’est que de cette manière que nous pourrons stabiliser la situation financière et ramener progressivement le taux de couverture de la dette jusqu’aux 6,5 exigés par le Conseil fédéral. Les mesures prévues n’ont pas été faciles à prendre pour la direction et le Conseil d’administration des CFF. Cependant, ces derniers ainsi que le Conseil fédéral soutiennent à 100% la stratégie immobilière des CFF. Celle-ci prévoit l’aménagement cohérent des gares et de leurs environs, les ventes d’objets et de sites ne devant intervenir qu’exceptionnellement.

Quels sont les critères utilisés pour arrêter les projets?

Nous nous concentrons sur les années 2021 à 2025. Selon l’état actuel de la planification, les réductions d’investissement s’élèvent à environ 700 millions de francs pour les années 2021 à 2025. Les projets suivants sont directement concernés: Renens-Prilly, Central Malley Aire A + Aire B/Renens Quai Ouest, Bâtiment Est/Berne construction nouvelle Bollwerk 2-8/Zurich Elvetino Limmatstrasse/Zurich Wollishofen Bahnhofplatz/Horgen Oberdorf et Winterthour Enclenchement II. Au total, nous allons suspendre près de 40 projets immobiliers sans obligations contractuelles contraignantes jusqu’à ce que leur financement soit assuré. Ce faisant, les CFF achèvent les phases de projet en cours de manière ordonnée. Je tiens à souligner que les projets d’investissement assortis de contrats de bail valables ou d’autres obligations impératives seront mis en œuvre comme convenu. Nous finaliserons également les projets qui sont en cours de construction.

Y aura-t-il des suppressions de postes?

Dans la perspective actuelle, nous pouvons confier d’autres projets à tous les membres du personnel concernés. Ceux-ci sont le plus souvent liés au portefeuille des gares. Le développement fait l’objet d’un suivi étroit. Nous ne procéderons à aucune nouvelle embauche dans le domaine des projets, jusqu’à nouvel ordre. 

Que signifie cette décision pour toi, en qualité de responsable Immobilier?

Franchement, cette décision me fait énormément de peine. En tant qu’ancien chef de projet général et responsable du développement de CFF Immobilier, je peux me mettre à la place de mes collègues de CFF Immobilier Développement, concernés par cette mesure. Malheureusement, cette décision est inévitable si les CFF veulent sortir de la crise actuelle et stabiliser leur situation financière.