Les CFF veulent améliorer la ponctualité en Suisse romande

Devant les défis représentés par la nécessité d’entretenir et de développer le réseau romand ces dix prochaines années et par l’exigence de la clientèle de bénéficier de trains ponctuels, les CFF ont élaboré des propositions permettant de garantir une offre de qualité en Suisse romande.

Temps de lecture: 3 minutes

Le 8 avril 2022, Blick.ch a publié un article évoquant un « document confidentiel des CFF » qui aurait pour but de remodeler l’horaire en Suisse romande dès 2024, notamment pour améliorer la ponctualité et la satisfaction de la clientèle. Qu’en est-il exactement et que prépare l’entreprise ?

Les CFF ont en effet élaboré un document de travail qu’ils ont présenté ces dernières semaines aux cantons, à l’office fédéral des transports et aux autres entreprises de transport. C’est ce document que le Blick s’est procuré.

L’entreprise dresse tout d’abord un constat : en Suisse romande en particulier, la ponctualité n’est pas satisfaisante pour notre clientèle. Elle se situe 4 points en dessous des autres régions. En cause: l'horaire, qui n'est plus adapté aux conditions actuelles: beaucoup plus de voyageurs qu'il y a 20 ans, temps de correspondance plus longs et plus de chantiers.

C'est pourquoi il est de plus en plus difficile de mettre en service l'horaire de manière ponctuelle et fiable. Contrairement à la région zurichoise et au Tessin, l'horaire en Suisse romande n'a pas bénéficié d'adaptation complète durant les dernières 20 années. De plus, la Confédération, les cantons, les communes et les CFF investissent environ 5 milliards de francs jusqu'en 2030 dans l'entretien et le développement des voies ferroviaires et des gares. Aucune autre région suisse ne bénéficie d'autant d'investissements.

C’est pourquoi les CFF travaillent sur un horaire plus robuste pour la région, qui permettrait d’assurer une meilleure ponctualité dès 2024 et pour les 8 à 10 années suivantes. Un horaire plus robuste, avec plus de réserves, cela veut dire par exemple des temps de parcours auxquels on rajoute quelques minutes, permettant ainsi d’absorber les ralentissements exigés par les chantiers. Cela veut dire aussi des temps de correspondances rallongés dans les grandes gares.

Augmenter les temps de parcours sur certaines lignes peut avoir des conséquences sur les correspondances actuelles, sur les arrêts de certains trains, mais également permettre des améliorations de l’offre.

Cette proposition de remise à plat de l’horaire en Suisse romande a donc été présentée aux cantons. Aucune décision n’a encore été prise. Le travail ne fait que commencer, et les mesures proposées servent de base de discussion. L’objectif est d’obtenir des résultats et de bonnes solutions pour notre clientèle ces prochains mois. Dans tous les cas, il est nécessaire de prendre des mesures pour permettre aux clients romands de bénéficier des mêmes exigences de qualité de l’horaire que pour ceux du reste de la Suisse.

Si l’on ne procède pas à des adaptations d’horaire, cela aura forcément des impacts négatifs sur la fiabilité et des conséquences très importantes sur le calendrier de réalisation des projets d’entretien et de développement de l’offre. Les CFF analyseront ces conséquences en détail avec les cantons.