Recours aux animaux pour chasser les nuisibles

Pour lutter contre la prolifération de campagnols dans le ballast, les CFF comptent désormais sur les hermines, qui excellent dans la capture de ces proies. Dans le cadre d’un projet pilote, les premières familles ont été introduites sur le tronçon entre Berne et Olten.

Début d’une galerie photos

Le lit de ballast constitue un habitat privilégié. Des espèces d’insectes en voie de disparition en Suisse, telles que le carabe, y trouvent refuge. Désormais, différents mammifères, dont le campagnol, ont découvert ce biotope unique. Le lit de ballast attire les petits rongeurs, car les voies qui les surplombent et le trafic ferroviaire les protègent, eux et leurs progénitures, des prédateurs tels que le milan.

Ce qui est un avantage géographique pour le campagnol devient un problème pour les CFF, car la prolifération d’une espèce animale perturbe l’équilibre naturel de l’écosystème. Les vastes galeries creusées dans le lit de ballast rendent la terre meuble et le sol instable. «À long terme, nous risquons des répercussions majeures sur l’exploitation ferroviaire», pense Markus Hermann, responsable de projet Infrastructure.

Début d’une galerie photos

Fidèles au principe du développement durable, les CFF essaient de résoudre ce problème par voie naturelle. D’après Markus Hermann, le recours à des produits chimique pour lutter contre les nuisibles n’a jamais été une solution. Dans le cadre d’un projet pilote, des hermines ont donc été introduites début 2021, dans plusieurs petites gares situées entre Berne et Olten.

Afin que ces chasseurs futés puissent travailler aussi efficacement que possible, des «axes de déplacement» ont dû être installés le long des voies ferrées. Dans les tubes en plastique lisse, les petits animaux vifs et agiles parcourent de longues distances en très peu de temps. Ainsi, ils n’ont pas besoin d’être nombreux pour capturer les proies nuisibles sur de vastes zones.

90 jours après le lancement de ce projet, Markus Hermann tire un bilan positif: «Dans la zone concernée, le sol se restaure de façon notable. Nous pouvons désormais étendre le recours aux hermines sur l’ensemble du territoire.»

Poisson d’avril!

Cette plaisanterie a été utilisée comme poisson d’avril 2021. Les photos ont été prises sur le ballast entre Schmerikon et Uznach, en Suisse allemande. Par bonheur, il n’y a pas de prolifération de campagnols sur le ballast!