Place à la génération future aux CFF

Le programme porte bien son nom: dans une Junior Station, les apprentis ne se déplacent jamais sans leur cahier. Ils gèrent le Centre voyageurs en toute autonomie, surveillés de loin par leurs coachs. Audrey Räss et Larissa Krüse aiment ce qu’elles font. Découvrons la Junior Station de Wil SG.

Début d’une galerie photos

Pour Audrey Räss (18 ans), c’est une évidence: «Le travail est plus cool dans la Junior Station. Les apprentis peuvent avoir plus de responsabilités, ce qui est particulièrement important dans le cadre de notre développement personnel.» La future employée de commerce en transports publics est bien placée pour le savoir. En troisième année d’apprentissage, elle a déjà travaillé dans différentes gares pendant sa formation. Larissa Krüse (17 ans), en deuxième année d’apprentissage, approuve: «Les tâches à la Junior Station sont variées et différentes».Mais cela ne suffit pas à la qualité de la formation. Pour découvrir les produits et le conseil, il est important de travailler dans les Centres voyageurs pendant notre apprentissage, souligne Larissa Krüse.

Début d’une galerie photos

Audrey Räss et Larissa Krüse trouvent toutes les deux que les sites de formation classiques mettent davantage l’accent sur le conseil autour du voyage. Elles accordent moins d’importance à d’autres tâches essentielles pour l’exploitation de la gare. L’échange entre apprentis fait également défaut dans les gares traditionnelles. À Wil, en revanche, neuf apprenti-e-s apprennent les uns des autres.

Début d’une galerie photos

Chacun apprend à prendre ses responsabilités 

Des formateurs, appelés coachs, assurent le suivi professionnel et pratique de Larissa et Audrey qui apprécient particulièrement de pouvoir prendre leurs propres responsabilités. «Si nous sommes face à un problème, nous en discutons avec les autres apprenti-e-s», indique Larissa, avant qu’Audrey n’ajoute: «Nous y réfléchissons toutes et tous et essayons de trouver une solution nous-mêmes. Nous consultons nos coachs uniquement si nous sommes dans l’impasse.»

Que de compliments pour la Junior Station. Il n’y a vraiment rien à redire? Larissa Krüse avoue après avoir longuement réfléchi: «Certains jours, nous sommes trop nombreux sur place. Du coup, pour les clientes et clients, cela paraît bizarre de voir plus de personnes à servir que de guichets.» Audrey Räss regrette parfois le manque d’individualisme dans la Junior Station. «Comme les apprentis de la Junior Station sont très nombreux, nous sommes souvent considérés comme un groupe. Dans d’autres gares, on est davantage perçus individuellement. Cela présente aussi des avantages.»

Le concept Junior Station existe aux CFF depuis plus de 20 ans. Une Junior Station fonctionne comme n’importe quel Centre voyageurs: les clientes et clients peuvent notamment acheter des billets, changer de l’argent ou déposer leurs bagages. À une différence près, dans une Junior Station, ce sont les apprenti-e-s qui gèrent le Centre voyageurs – le frontoffice et le backoffice. Les jeunes adultes conseillent au guichet, sont initiés à la comptabilité par exemple, ou apprennent les tâches organisationnelles comme la préparation de plans de service. Ils sont assistés de leurs coachs. En Suisse, les CFF exploitent dix Junior Stations.

Accompagnement étroit pour se préparer à une grosse journée 

Âgée de 49 ans, Tanja Krüse est l’une des trois formatrices de la gare de Wil et y intervient comme coach. «Les apprenti-e-s doivent fonctionner de manière très dynamique, car les processus changent constamment.» Cela l’impressionne beaucoup. «J’en apprends tous les jours avec eux.»

Thomas Lehmann (47 ans), responsable du Centre voyageurs de Wil, est également convaincu du modèle de formation Junior Station. «Il a besoin de jeunes gens qui sont prêts à retrousser leurs manches et qui veulent prendre leurs propres responsabilités.» À ses yeux, il est important que les apprenti-e-s ressentent que le reste du personnel leur fait entièrement confiance. «Malgré tout, nous sommes un Centre voyageurs tout à fait normal qui met l’accent sur les clientes et clients.» On ne doit pas l’oublier. Pour éviter les erreurs, il faut rappeler aux apprenti-e-s qu’ils ne doivent pas hésiter à poser des questions. «Néanmoins, si quelque chose se passe mal, nous recherchons ensemble une solution. C’est en faisant des erreurs que l’on progresse.»

Début d’une galerie photos

Le prochain Real Junior Station Day doit se dérouler parfaitement si possible – les apprenti-e-s gèrent le temps d’une journée le Centre voyageurs en toute autonomie. Les coachs ne sont pas sur place et ne se tiennent à disposition que sur appel. À Wil, l’équipe a travaillé sans relâche ces derniers mois pour préparer cette journée. «On ressent l’attente et l’impatience des apprenti-e-s à l’approche de cette journée. Cela me paraît très positif – Nous sommes sur la bonne voie», souligne la coache Tanja Krüse. Audrey Räss et Larissa Krüse attendent cette journée avec de nombreux espoirs. Mais, cette fois, elles partagent le même avis: «Au début, nous devions tout assimiler pour bien gérer les différentes procédures. Désormais, de nouveaux défis nous attendent, comme le Real Day. Nous sommes impatientes de les relever!»

Avantages d’une formation auprès de login formation professionelle SA 

Filiale des CFF, login est également son partenaire de formation. Au total, elle forme plus de 2000 apprenti-e-s et stagiaires dans plus de 25 métiers du monde du transport en vue de l’obtention de certificats ou attestations reconnus au niveau fédéral. En outre, elle favorise le développement de personnalités pleines d’assurance. 22% des formations, soit près d’un quart, sont organisées dans des Junior Teams. Très intéressant, ce type de formation est en plein développement. Souhaites-tu en apprendre plus sur une formation axée sur le monde des transports publics? Informe-toi auprès de login sur les possibilités de formation passionnantes.