Les CFF décollent: les drones, une aide au quotidien

Les CFF ont effectué environ 1500 vols de drones l’année dernière. Est-ce un nouveau secteur d’activité? Non, les drones contribuent à la sécurité du chemin de fer et de son personnel, de la documentation sur les infrastructures à l’inspection des ponts et à la surveillance des risques naturels.

Début d’une galerie photos

Les CFF utilisent des drones depuis quelques années déjà. L’un des premiers domaines d’utilisation a été la surveillance du lit de la rivière du Rossberg, en surplomb de la voie ferrée, près d’Arth-Goldau (voir l’article de CFF News «De l’utilité des drones pour protéger les voies».). Le but? Veiller à ce que le bois et la boue ne s’accumulent pas dans le cours d’eau et ne tombent pas sur les voies lors d’un orage. Depuis lors, l’éventail des applications des drones n’a cessé de s’élargir. En voici quelques exemples.

Pour la sécurité des voies: inspection à l’aide de drones

Depuis, les drones sont utilisés pour surveiller divers risques naturels. Cela inclut la surveillance des talus. Les images des talus prises par les drones permettent de détecter tout changement et donc d’évaluer le risque d’éboulement. Les drones surveillent également la végétation dans les endroits où elle est indésirable: aux abords des voies. Son développement en ces endroits n’est pas la bienvenue, en particulier si elle masque les signaux ou réduit la stabilité du ballast.

Début d’une galerie photos

Mais il n’y a pas que la nature que les CFF observent à l’aide de drones: les ponts et les canaux souterrains sont également inspectés et documentés par des drones, entre autres. Dans le domaine de l’inspection notamment, les drones permettent d’accroître la sécurité du chemin de fer. Cela signifie aussi que les collaboratrices et collaborateurs CFF doivent moins se déplacer sur les terrains accidentés ou sur les voies, ce qui renforce leur propre sécurité.

Un drone inspectant un pont. Les prises de vues permettent une modélisation ultérieure.

Tout d’un seul coup d’œil, même lorsqu’il faut faire vite

Les CFF exploitent un réseau ferroviaire de plus de 3200 kilomètres comprenant près de 6000 ponts. La documentation de cette infrastructure et de tout changement est une tâche gigantesque à laquelle les drones contribuent. Sans ces appareils, chaque objet, de la plaque d’égout au signal, devrait être documenté individuellement à la main.

L’unité Intervention des CFF utilise cette documentation durant ses missions et pour la formation. Lors d’événements ferroviaires, les équipes d’intervention se chargent de la sécurité de la clientèle et s’assurent que le trafic reprenne à la normale le plus rapidement possible. En fonction de l’événement, le drone permet d’obtenir rapidement une vue d’ensemble de la situation sur place.

Début d’une galerie photos

Les CFF misent également sur les drones pour les chantiers. Les images de drones fournissent une bonne vue d’ensemble de la zone avant même le début de la construction, car celle-ci s’étend souvent sur plusieurs kilomètres. Il est ainsi possible d’enregistrer facilement et rapidement l’évolution du chantier.

Les drones sont déjà utiles avant les travaux de construction: Des modèles 3D peuvent être créés à partir des images prises par les drones. Ils peuvent ensuite être utilisés pour des appels d'offre ou comme base pour des projets.

Depuis le lancement du Centre de Compétences Drones en 2017, les CFF ont formé environ 150 pilotes de drones. Tous les pilotes suivent une formation de deux jours et respectent les spécifications de l’Office fédéral de l’aviation civile pour toutes leurs missions. Les vols de drones des CFF ont généralement lieu sur le terrain des CFF. Ils n’interviennent qu’exceptionnellement dans l’espace public.

Plus d’informations sur l’utilisation des drones sous le lien suivant: Les drones aux CFF.

Au cours de la formation, les participantes et participants apprennent, entre autres, le droit aérien, le droit à l’image et les techniques de vol.