Coronavirus: informations générales pour les médias

Cet article comporte des informations générales qui ont trait aux répercussions de la crise sanitaire sur les CFF et qui sont destinées aux médias. La colonne de droite indique les anciens communiqués de presse y relatifs, reliés par des hyperliens.

Levée de l’obligation de port du masque dans les transports publics

Le Conseil fédéral a levé l’obligation de port du masque dans les transports publics dès le 1er avril 2022. Les clients ont bien sûr la possibilité de porter le masque sur une base volontaire.

Comment évolue la demande aux CFF?

La demande, mesurée en personnes-kilomètres, était en mai 8,4% plus basse qu’en mai 2019 et 65,6% plus haute qu’en mai 2021.

Le graphique suivant montre l’évolution depuis début 2019:

Début d’une galerie photos

Des modifications d'horaires ne sont pas exclues

Le trafic transfrontalier avec les pays voisins nécessite parfois des modifications d'horaires en raison du manque de personnel à l'étranger. L'horaire en ligne est mis à jour en permanence. Les voyageurs sont priés de consulter l'horaire en ligne peu avant leur voyage.

Les informations les plus importantes pour les voyageurs concernant les voyages en train en Europe durant la pandémie sont résumées ici.

Plus besoin de porter le masque dans les voitures-restaurants CFF, les guichets et les galeries commerciales

Le Conseil fédéral a déjà levé l'obligation du port du masque dans les wagons-restaurants au 17 février 2022. Il n'y a plus non plus besoin de porter le masque aux guichets et dans les galeries commerciales. Il est cependant bien sûr possible de le porter sur une base volontaire.

Plus d'informations ici sur la gastronomie ferroviaire.

Des climatiseurs modernes protègent les voyageurs et le personnel.

Une bonne circulation de l'air et également un apport d'air frais sont en principe assurés par la ventilation. Les systèmes de climatisation modernes veillent à ce que l'air dans les compartiments des trains soit entièrement renouvelé par l'air extérieur en moyenne 6 à 10 fois par heure.

La climatisation et le chauffage dans les trains constituent-ils un risque de transmission du coronavirus?
Non. Les clarifications en matière de médecine du travail, en accord avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), ont indiqué qu’en l’état actuel des connaissances, il n’y a aucun indice de transmission du coronavirus par la climatisation ou la ventilation.

L’air circulant à l’intérieur des véhicules est complètement renouvelé plusieurs fois par heure. Dans le cas des flottes modernes, p. ex. les véhicules FLIRT, le débit d’air extérieur est régulé en fonction du nombre de voyageurs (degré d’occupation). Dans le détail: l’air frais conditionné, diffusé dans les espaces voyageurs, se compose d’air neuf et d’air recyclé. Le débit d’air neuf est basé sur les spécifications des normes européennes et se situe entre 10 et 15 m3 par heure et par personne en fonction de la température extérieure et du nombre de voyageurs. L’air frais dans les compartiments voyageurs est renouvelé toutes les deux à trois minutes tandis que l’air neuf l’est toutes les quatre à sept minutes.

Ces chiffres indiquent clairement que la climatisation assure une aération, un échange d’air et un effet de dilution suffisants. Par comparaison, les bâtiments climatisés présentent des coefficients de deux à cinq renouvellements d’air par heure pour des valeurs bien plus faibles.

Les filtres de la catégorie ISO Coarse purifient l’air neuf et l’air recyclé diffusés par les climatisations conformément à la norme ISO 16890. Le choix du type de filtre se base également sur les spécifications des normes européennes. Les CFF remplacent ces filtres tous les 90 jours.

Les valeurs de CO2 sont-elles trop élevées dans les trains?
Les CFF effectuent régulièrement leurs propres mesures avec des appareils étalonnés dans un cadre clairement défini. Les concentrations de CO2 mesurées selon des procédures clairement définies se situent dans la plage admissible conformément aux exigences légales et normatives de l’exploitation ferroviaire.

Tous les types de trains climatisés sont équipés de capteurs intégrés aux systèmes de climatisation, qui enregistrent et surveillent en permanence la concentration de CO2. La concentration de CO2 dans l’air change de manière très dynamique et dépend de divers facteurs et variables. Dès que la teneur en CO2 augmente, les commande de la climatisation réagissent et ajustent l’apport d’air neuf/extérieur. Cette compensation peut parfois prendre quelques minutes.

Les valeurs mesurées lors d’une analyse certifiée le confirment : le dispositif manuel de mesure calibré pour cette tâche a délivré des mesures qui varient de normal à satisfaisant (750ppm et 1400ppm), c’est-à-dire dans un domaine pas dangereux pour la santé. Dans de rares cas, on a trouvé des pics de CO2 durant quelques minutes dans des valeurs de 1700 à 1860 ppm. Il s’est avéré dans ces cas que les dispositifs de climatisation ont rapidement réagi en adaptant les flux d’air entrant frais et les évacuations d’air. Ainsi, des valeurs bien plus faibles en Co2 ont été obtenues en quelques minutes. Les mesures ont été effectuées dans des trains sur différentes lignes, avec différents taux d’occupation et à différents jours de la semaine.

Comme une partie de l’air est recyclé à travers de bons filtres, le CO2 n’est pas scientifiquement une bonne mesure de la qualité de l’air.

Quel est le bilan tiré par les CFF quant au port du masque obligatoire dans les transports publics?Le port du masque dans les transports publics a été obligatoire pendant quelque 21 mois. Les clients ont pour leur grande majorité bien respecté cette obligation. Les entreprises de transport et leur personnel leur adressent leurs remerciements.